Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Les commentaires anonymes ne sont plus publiés.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archive du blog

Rechercher dans ce blog


 
Je viens d'apprendre le décès subit, à l'âge de 68 ans, de Raymond Rimbod, fils de René et Berthe Burnet-Merlin. Raymond depuis sa retraite vivait à Saint-Pierre-des-Ifs en Normandie, entouré de son épouse et de ses enfants, Alexandre et Aurore. Raymond était monté à Paris, comme on dit, pour travailler dans le bâtiment où il a gravi les échelons et fait sa place comme conducteur de travaux. Sur cette photographie, nous le voyons à droite en compagnie, en partant de la gauche, de ses sœurs et de son frère, Claudette, Michel et Christine auxquels j'adresse mes meilleures pensées.


 



Je viens d'apprendre le décès de notre doyenne, Suzanne Ouvrier-Buffet, née Bibollet, née en 1923 à Paris. La cérémonie religieuse sera célébrée le vendredi 29 janvier à 14 heure 30, en l'église de Saint-Nicolas-la-Chapelle.



Suzanne Bibollet, née en mai 1923 à Paris, veuve de François Ouvrier-Buffet, dynamique agriculteur, et mère de Michel et Alain, tous deux décédés, est décédée ce lundi 25 janvier à son domicile de Cuquelion. Les Colatains avaient prévu de se retrouvés autour d’elle, en 2023 pour fêter son centenaire mais comme son père Ernest, elle n’a pas pu atteindre, à deux années près, cette étape si attendue. Née à Paris où ses parents tenaient un café-restaurant, elle les a suivis lorsque ces derniers ont rejoint le village natal pour y fonder la pension de famille, Le Subondinaz, établissement qu’elle reprendra jusqu’à sa retraite. Son long parcours aura été marqué par de nombreuses peines, la mort de son époux encore jeune, de ses deux fils, de sa belle-fille, Chantal et celle accidentelle de Nicolas, le compagnon de sa petite-fille Karen. Sa foi profonde l’a soutenue dans ses dures épreuves et Suzanne est toujours restée ouverte aux autres par ses engagements. Dans la paroisse, au sein du Mouvement des Chrétiens Retraités, MCR, à la tête de l’Association des conjoints survivants, dans les activités patois et cuisine du Foyer Rural. Bruno Desmarest, ancien maire, résume en deux mots ce qu’était la disparue pour le village, sa mémoire et l’accueil à tous. Sa mémoire, car Suzanne était une passionnée compétente de généalogie, aucune famille ne lui était inconnue. Une généalogie sans sécheresse, elle y ajoutait histoires des gens et des lieux. Accueil à tous, à ses clients qui devenaient des amis fidèles, accueil à tous les quémandeurs à la recherche de leurs ancêtres, accueil à tous sans distinction, ce jusqu’aux derniers jours. Au moment où Suzanne quitte cette terre, vient à l’esprit, le dicton africain qui dit qu’un vieillard qui meure, c’est une bibliothèque qui brûle. Ce vendredi 29, elle sera entourée de l’affection de tous, par ceux qui pourront être présents et en pensée par les autres à travers le Val d’Arly et au-delà.

L’hôtel Subondinaz, fondé par ses parents et repris par Suzanne.

Lors de ses 90 ans, avec Bruno Desmarest, maire et le père Jean Duval.

01 juin 2013.


Suzanne, responsable de l'association des conjoints survivants.

29 Octobre 2012.



Lors de l'exposition estivale 2014, avec Jean-Pierre Socquet-Juglard, organisateur et Georges Meunier, maire.

29 août 2014.


Repas  de la saint Nicolas, avec Georges Meunier, maire.

10 décembre 2017.


Repas de la saint Nicolas, avec Georges Meunier, maire et Paul Dumax-Baudron, doyen de la commune.

5 décembre 2015.



Sous les caméras de TF1.

21 décembre 2012.



Affiche de l'exposition de l'APE en 2003.

Suzanne est à gauche. Cette affiche est un montage

utilisant entre autres une photographie du centenaire, 1960, 

du rattachement de la Savoie à la France.

 

Suzanne a participé aux manifestations commémoratives tant que sa santé le lui a permis.


8 mai 2012.

 


 8 mai 2015.

mercredi 27 janvier 2021

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions%2Fici-l-europe%2F20210126-michel-barnier-n%C3%A9gociateur-en-chef-de-l-union-europ%C3%A9enne-raconte-son-brexit?at_medium=email&at_emailtype=retention&at_campaign=Newsletter&at_creation=InfoDuJour_F24&at_send_date=20210127&at_link=contenu&at_recipient_id=310917&actId=ebwp0YMB8s0TtZln5k-2gdUcvuQDVN7aqMHi_sC2WSqxU5ESArcRt3CMeO7WaVUR&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=501562

lundi 25 janvier 2021

Le rapprochement que je vais faire est peut-être hasardeux mais je plonge ! En premier lieu, c'est à propos du loup. A la suite de mon récent billet, les réactions sur Facebook, l'Echolatain semble infréquentable à certains, ont été majoritairement favorables au prédateur. En deuxième lieu, on peut lire sur les réseaux dits sociaux, des messages dont la thèse, à propos de la pandémie et des mesures sanitaires, peut se résumer à cette injonction: " Laissons mourir les vieux pour laisser vivre les jeunes ". Propos que je ne partage pas, non seulement parce que je suis vieux mais surtout parce qu'ils sont un reniement des valeurs humanistes et/ou chrétiennes qui fondent notre société. Dans les deux cas on sacrifie les faibles, le chevreuil , les vieux.

 

C'est pour ceux qui pensent qu'à 80 ans, on est en fin de vie.

 

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/jarze-villages-49140/jarze-en-pleine-forme-le-doyen-du-village-fete-son-centieme-anniversaire-a259b674-5b4a-11eb-a75f-5b3937c281d9?fbclid=IwAR275gAvkPNBIuVX8ic1lKPwZMA7qnrS_Cgc2-w35s6BV1raDS4WJmSxGHY

La colline de Sion.
Cliché B B-F
 

Lors de notre aller-retour, en janvier 2020 à Nancy, la colline de Sion Vaudémont s'était offerte à notre regard. J'y étais monté, avec de nombreux colatains, il y plus de quarante ans lors d'une rencontre avec le Foyer Rural d'Omelmont. Cela m'a donné la curiosité et l'envie de lire, La colline inspirée, œuvre de Maurice Barrès, consacrée  à l'histoire vraie des frères Baillard, trois prêtres qui ont relevé le rayonnement religieux de la colline mais qui après avoir été marginalisés par l’Eglise se sont perdus dans une secte, celle de Jacques Vintras. La langue de Maurice Barrès étonnera le lecteur contemporain. Romantique, lyrique, elle déploie sa richesse tant dans les descriptions du paysage lorrain que dans les portraits, corps, âmes et esprits, des personnages. Durant près de 350 pages nous sommes happés par ce drame grâce à la puissance de cette écriture,  forte mais sensible.

 




 

 A droite: Nazzaremo Borello.

Le Petit Casino, vient de rouvrir ses portes, ce après plus d'un an de fermeture. En effet le 12 décembre 2019, un incendie ravageait une partie des locaux de l'enseigne, place du Mont-Blanc. Après enquête et estimations les travaux ont pu commencer et mobiliser plusieurs corps de métiers. Avec la fermeture de l'épicerie-boulangerie Quittet, il n'y avait plus de magasin d'alimentation générale dans la commune et c'est avec satisfaction que la population a fait connaissance avec Nazzaremo Borello qui assure pendant quelques temps la gérance et qui accueille tous les jours de 8 à 18 heures dans des locaux entièrement rénovés.

Mélanie Gachet.
 
Au 192 de la rue du Mont-Blanc vient de s'ouvrir, La conciergerie des sommets. Qu'est-ce, peut se demander le passant. C'est un service à la disposition des propriétaires de meublés, absents ou souhaitant se décharger de certaines tâches, qui assure l'accueil, la remise des clés et l'entretien des locaux. Cette entreprise a été ouverte par des rémois, résidents secondaires dans le village et Mélanie Gachet est leur employée depuis la récente ouverture. Son activité s'étend sur les six communes du Haut-Val d'Arly savoyard et Praz-surArly. Contact: 07 85 66 80 83 et O4 79 32 58 66.


Kevin Jeanjean.

Originaire des Ardennes et ayant déjà exercé en tant que salarié  dans des entreprises haut-savoyardes de motoculture, Kevin Jeanjean a sauté le pas et vient de créer la sienne. C'est au Pont-Morand, à Saint-Nicolas-la-Chapelle, dans les locaux de l'ancienne scierie Pettex qu'il accueille, du lundi au samedi, de 7 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 18 h pour la vente, neuf et occasion, l'entretien et la réparation de tous matériels d'espace vert ou blanc, de la tronçonneuse à la fraiseuse à neige.  Contact: 06 72 60 25 71 et 04 79 10 73 77 contact@jeanjean-motoculture.com


A Flumet, les locaux de la Chaumière, 173 rue du Mont-Blanc, ne seront pas restés longtemps inoccupés. Aurélie et Sébastien Favette, déjà à la tête de trois pressing en pays de Savoie viennent d'investir les lieux et proposent sous l'enseigne Fav'Net, leurs services, dans un esprit et une pratique écologiques, aux habitants et hôtes du Val d'Arly. Ouverture, du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 14 à 19 h, le samedi, de 9 à 16 h.

Sébastien Favette.




 

En règle générale, rien n’est plus impersonnel et froid qu’un aéroport. Ils se ressemblent tous ! Ici, avec ce genre d’initiative, sûr que les voyageurs se rappelleront de leur passage à Bruxelles.
Dans une salle d’attente de l’aéroport de Bruxelles, des tableaux de maître ont été accrochés au mur. En soi, c’est déjà une initiative originale. Mais ce n’est pas tout.
Grâce à un système de vidéo-projection millimétrée, un petit cupidon parvient à s’échapper d’un tableau de Rubens (La Fête de Venus). Une prouesse à la fois drôle, impressionnante et pleine de fantaisie.

 


 

Ce matin, 18 janvier, les usagers de la route du Passieu, ont à la hauteur de la Petite Combettaz, pu voir le cadavre d'un chevreuil. J'ignore la cause de sa mort, accident de voiture, attaque de loup, les chasseurs avertis nous en diront peut-être plus. En attendant, les corbeaux sont au festin.

Au cours de l'après-midi, un lieutenant de louveterie a procédé à son enlèvement pour examen, le président de l'ACCA de Saint-Nicolas-la-Chapelle vient de me confirmer, ce mardi 19, qu'il s'agit bien d'une attaque de loups. Cela  confirme les témoignages de plusieurs personnes qui affirment avoir entendu les hurlements de ces prédateurs au cours des nuits précédentes.

 


Edmond
vous vous plaignez tous que le loup mange des autres animaux... vous mangez pas de viande vous ??? Lui il mange de la viande pour survivre il chasse réellement.. pas au rayon viande de Intermarché juste pour le plaisir gustatif. C’est triste pour ce chevreuil, mais là pour le coup c’est la nature. Les chasseurs leurs tire bien dessus et malheureusement ont arrête pas pour autant les chasseurs Baptiste Le Fouler
 
C'est sur Facebook que j'ai de nombreuses réactions à ce message posté sur mon blog, Facebook n'étant pour moi qu'un relais vers l'Echolatain.  A Baptiste Le Fouler, je dirais que je l'envie d'avoir une vision aussi simple de la vie. Mais la vie est plus complexe. Pour ce qui nous occupe présentement, le loup et le chevreuil, le premier est bien le prédateur naturel du second, j'en suis d'accord. Mais le loup, lui, n'a plus son prédateur, l'homme, à qui la sensibilité moderne et hors sol des prétendus écologistes a retiré ce statut. Ce qui fait que le loup domine et quand la faune sauvage sera  insuffisante pour combler sa faim, il s'attaquera aux animaux domestiques et il s'y attaque déjà. A moins de vouloir la mort d'un monde agricole, celui des éleveurs, il faudra bien un jour repenser la gestion du loup d'une façon plus raisonnable et moins idéologique.