Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

jeudi 25 février 2010
Bonjour à tous, non, je ne me suis pas éloigné de mon ordinateur. C'est plutot internet qui s'est éloigné de moi! Mardi soir, une tentative de remise en route, assistée téléphoniquement par Docteur ès informatique, m'a fait sécher la réunion du conseil, avec vous je patientrai le compte-rendu officiel. A bientôt!
Détente avant les choses sérieuses!
Le programme débutait par la prestation de l'OHM et se poursuivait par celle de l'orchestre d'harmonie de Bernex. Mais si les trains n'arrivent pas à l'heure, ils partent à l'heure et j'ai été privé de la deuxième partie et à mon grand regret je ne peux vous en proposer une vidéo.
Les hautbois présentent " L'Esprit du séquoia " de Philip Sparke.
La marche au supplice, quatrième mouvement de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz par l'OHM. Arrangement de Will van der Beck.
lundi 15 février 2010
Que l'anneau des forêts vienne enclore un espace de champs et de prairies, ce lieu tout aussitôt se met à vivre d'une vie singulière derrière sa haute muraille de frondaisons et de fûts. Séparé du monde, et sans nulle rupture cependant, il n'en reçoit plus que la rumeur, mais comme décantée: tous les bruits que le vent brasse au-dessus des campagnes infinies glissent au creux de cette conque d'herbages sans y prolonger leur confuse mêlée. Chacun d'eux, et jusqu'aux plus opaques, y retrouve sa saveur propre et ne résonne que pour soi.
Gustave Roud, Le repos du cavalier.