Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog


Le pot d'accueil offert par l'office du tourisme a , à nouveau remporté un beau succès ce samedi 28 février. La présentation des programmes par Pierre-Yves Boulet de l'OTI du Val d'Arly, Laura Besson de l'ESF et Christophe Mongellaz, accompagnateur en montagne, a donné un aperçu des nombreuse activités, sportives ou non, proposées durant la semaine dans la station de Flumet-St Nicolas la Chapelle avec comme temps fort, le festival des Aigles à ski, à Flumet le jeudi cinq mars dès 15  heures sur le front de neige des Evettes. Et traditionnellement, le partage du verre de l'amitié, Chartreuse soleil, a été précédé du tirage au sort qui ce soir a permis à Carole Buet, de La Francheville dans les Ardennes et à Valentine Pluviaud de Theil sur Vanne dans l'Yonne de repartir chacune avec une part de beaufort offert par la coopérative laitière du Val d'Arly.

 Laura Besson de l'ESF et Pierre-Yves Boulet de l'OTI.

De gauche à droite, Carole Buet et Valentine Pluviaud.
De la Giettaz, j'apprends le décès de mon ancien collègue facteur, Noël Bibollet. Ses obsèques seront célébrées, mardi trois mars à 15 heures en l'église de son village. Sur ce cliché, de Gaston Brun, Noël est à l’extrême droite. A la Giettaz, également, lundi deux mars à 14 heures 30, sépulture religieuse de Jeanne Jiguet, décédée à Aix en Provence.
vendredi 27 février 2015
Un ami à l'affut de toutes les bonnes nouvelles nous informe que Flumet sera bientôt sur la Place du village.


 JEUDI 5 mars, 8 MONT BLANC à FLUMET



Lundi 2 – Rencontres à Villard-sur-Doron (Beaufortain) [Disponible en replay le 9 mars]
Mardi 3 – Rencontres sous la neige à Entremont [Disponible en replay le 10 mars]
Mercredi 4 – Saveurs des Aravis [Non disponible en replay]
Jeudi 5 – Rencontres à Flumet (Haut-Val d’Arly) [Disponible en replay le 12 mars]
Vendredi 6 – Rencontres à Bonneville (Vallée de l’Arve) [Disponible en replay le 13 mars]





     




                   *HISTOIRE du TABLIER de GRAND-MÈRE *

                   Je crois que les jeunes d'aujourd'hui ignorent ce
                   qu'est un tablier...
                   Vous souvenez-vous du tablier de votre grand-mère ?
               
                   Les mères et grand-mères portaient un tablier
                   par-dessus leurs vêtements pour les protéger car
                   elles avaient peu de robes de rechange.
                   En fait, il était beaucoup plus facile de laver un
                   tablier habituellement en coton qu'une robe, une
                   blouse ou une jupe, faites d'autres tissus
                   Le principal usage du tablier de grand-mère était
                   donc de protéger la robe, mais en plus
                   - Il servait de gant pour retirer un plat brûlant du
                   fourneau, bien avant l'invention des "mitaines à
                   fourneau".
                   - Il était merveilleux pour essuyer les larmes des
                   enfants et, à certaines occasions, pour nettoyer les
                   frimousses sales.
                   - Depuis le poulailler, le tablier servait à
                   transporter les œufs, les poussins à réanimer, et
                   parfois les œufs à moitié éclos, que maman déposait
                   dans un fourneau tiède afin de faciliter leur éclosion.
                   - Quand il y avait de la visite, le tablier servait
                   d'abri aux enfants timides. d'où l'expression : /«Se
                   cacher dans les jupons de sa mère»/.
                   - Par temps frais/,/maman le relevait pour s'y
                   emmitoufler les bras et les épaules, par temps chaud,
                   alors qu'elle cuisinait devant le poêle à bois,
                     - elle y épongeait la sueur de son front.
                   - Ce bon vieux tablier faisait aussi office de
                   soufflet, alors qu'elle l'agitait au dessus du feu
                   de bois pour le ranimer.
                   - C'est lui qui servait à transbahuter pommes de
                   terre et bois sec jusque dans la cuisine
                   - Depuis le potager, il servait de panier pour de
                   nombreux légumes ; après que les petits pois aient
                   été récoltés, venait le tour des choux.
                   - En fin de saison, il était utilisé pour ramasser
                   les pommes tombées de l'arbre.
                   - Quand des visiteurs arrivaient à l'improviste,
                   c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce
                   vieux tablier pouvait faire la poussière.
                   - A l'heure du repas, grand-mère allait sur le
                   perron agiter son tablier, c'était signe que le
                   dîner était prêt,et les hommes aux champs savaient
                   qu'ils devaient passer à table.
                   - Grand-mère l'utilisait aussi pour sortir la tarte
                   aux pommes du four et la poser sur le rebord de la
                   fenêtre, afin qu'elle refroidisse ; de nos jours sa
                   petite fille l'y pose aussi, mais pour la
                   décongeler... Autres temps, autres mœurs!
                   Il faudra de bien longues années, avant que
                   quelqu'un invente un vêtement, qui puisse rivaliser
                   avec ce bon vieux tablier utile à tant de choses.
                   Danger ?
                   On deviendrait bien fou aujourd'hui
                   rien que de songer à la quantité de microbes
                   qui pouvaient s'accumuler sur le tablier
                   en une seule journée
                   En réalité,
                   la seule chose que les enfants de l'époque
                   aient attrapée au contact du tablier
                   de maman ou de grand-maman,
                   c'est de l'amour!


J'ai illustré cette belle histoire glanée par une photographie de ma mère, ici, durant la seconde guerre avec un petit " Marseillais " accueilli à la maison, comme bien d'autres dans de nombreuses familles de la région. L'hôte de mes parents se prénommait André et venait de la Ciotat. Je le recherche toujours.
Cliché, Edmond Burnet-Fauchez.
L'été à pieds, l'hiver à raquettes, Christophe Mongellaz, né en 1974 et accompagnateur en montagne depuis 2002, fait découvrir la Val d'Arly sur les sentiers. Chaque jour son programme permet aux visiteurs des approches variées, sportives ou détendues, de la région, paysages, faune, flore mais aussi patrimoniale et à l'occasion gastronomique. Nous le voyons ici, au retour d'une sortie, intitulée " zénitude " et le sourire est aux lèvres de tout les participants.
jeudi 26 février 2015
Sur le cliché N & B, sd, Claudius Socquet-Juglard est le premier à droite.
Sur le cliché en couleurs,  repas de la Saint Nicolas en 2009, il est le troisième à gauche au côtés de épouse, Rosa Jaccaz.
Claudius Socquet-Juglard, né en 1929, ancien moniteur de ski de l'ESF et ancien directeur de Marcinelle en Montagne, ancien sapeur-pompier, responsable du secours en montagne, vient de nous quitter. Nous pourrons l'accompagner et entourer sa famille lors de ses obsèques qui seront célébrées, samedi 28 février 2O15, à 10 heures en l'église de Saint Nicolas la Chapelle.

 A gauche, en 2002, lors de la visite de la délégation savoyarde
à Charleroi.
Une équipe dynamique, Marie-José Joly, présidente; Maryse Gilard, Fabienne Chatel et Arlette Mongellaz.
Cet après-midi, en rentrant des pistes, les skieurs mais aussi les autres passants étaient tentés par les crêpes, bugnes et autres gourmandises proposées par les bénévoles de la Société d'élevage de la race mulassière en vallée de l'Arly. cette association plus que centenaire gère la ferme du Châtelet à Flumet où sont hébergés Atlas, baudet du Poitou et Tango des Montants, cheval de race franc-comtoise. Ces deux étalons assurent dans le Val d'Arly la reproduction équine, poulains et mulets. La recette de cette opération contribuera à l'entretien de ce grand bâtiment et à améliorer le confort de ses hôtes.
Cliché, Edmond Burnet-Fauchez.
L'affaire qui m'oppose à une agence artistique semble, grâce à l'intervention d'une tierce personne, que je remercie chaleureusement, évoluer favorablement pour moi. Je remercie aussi les quatre lecteurs qui m'ont manifesté leur soutien. Là, le nombre m'interpelle, mon message, Assez, posté le lundi 23 février a eu 200 lecteurs le jour même et 224 le lendemain. Où sont passés ceux qui me sollicitent, pour ceci ou cela? Peut-être en vacances, mais dans notre zone, elles sont terminées. Lorsque j'égratigne, un peu et rarement, c'est dans les heures qui suivent que se manifestent les personnes concernées. Mon adresse courriel est la même pour les s'il te plait et les mercis. A ce jour, 27 février, une dizaine de lecteurs m'ont fait part de leur soutien en m'adressant un message, en déposant un commentaire ou de vive voix. Merci de tout cœur.
mardi 24 février 2015
« CHARLOTTE »

David FOENKINOS

Editions « Gallimard »


Prix Renaudot 2014, “Charlotte” retrace la vie perturbée de la peintre expressionniste allemande Charlotte Salomon entre 1933, avènement d’Adolf Hitler au pouvoir et 1943, cœur de la déportation des Juifs d’Europe. Charlotte est prise par une mélancolie héréditaire, quasi généalogique, qui ajoutera à la tragédie de la shoah, un malheur familial : une succession de suicides jusqu’à sa tante Charlotte puis sa mère Franziska; tous, dépressifs, participent à la fragilité de l’ambiance familiale, malvenue au moment où le statut des juifs allemands se transforme, la discrimination se faisant plus pressante. La famille est juive, de ces juifs d’Europe dont être juif ne constitue ni un statut, ni une particularité, ni une pratique religieuse. Atteinte par la discrimination puis la déportation, Charlotte n’admet pas qu’être juive soit un crime. Passionnée d’Art, subjuguée par le dessin, elle excelle dans le style expressionniste jugé déviant par les Nazis. Exilée en Zone libre dans le sud de la France, Charlotte entreprend des portraits autobiographiques d’une grande valeur. Elle les confie à son médecin qui les sauvera de la « Shoah ». Mais l’État Français recense les juifs en Provence, les allemands envahissent l’Italie à la chute de Mussolini en 1943 ; la Zone libre disparait. Lorsque la Milice l’arrête, sa vie bascule, Auschwitz est sa destination. Elle n’en reviendra pas.

Cette histoire forte, tout à fait crédible, s’embourbe pourtant dans la difficulté du style. Les phrases débitent, courtes, effrénées, pas plus de douze ou treize syllabes. Sujets, verbes, compléments, s’enchainent, suffoquent dans le pragmatisme des situations. Ni prose, ni ver, ne structurent le récit et pour accentuer le poids de l’histoire, l’auteur revient à chaque ligne. La verticalité de la page encourage la télégraphie du style. On n’est pas très loin du mail, voir du SMS. Malgré tout, certaines phrases essaient de filer avec la puissance de l’histoire à l’arrière-train mais s’écrase dans le cliché. Pourquoi l’auteur s’est-il entêté à écrire de cette manière ? Par coquetterie ? Inutile, la coquetterie ajoute du pathos. Ni rythme, ni poésie ; ici le rythme se bat avec la vitesse et la poésie est inexistante ; dommage. A quoi riment ces phrases ? L’auteur a une obsession, découvrir l’histoire de Charlotte Salomon, mais il essouffle ; ne dit rien de la peinture de Charlotte, ni de l’influence sur son dessin  de son époque ségrégationniste et criminelle; à peine distingue-t-on les conséquences de sa mélancolie maladive et la succession de suicides familiaux sur son art ; Dommage. Quantités d’influences intellectuelles de son temps tel que Nietzsche, font références à sa construction personnelle sensible et universelle ; Pourtant, on a l’impression que Charlotte est antinazie parce qu’elle est uniquement juive. On ne sent pas son humanisme d’artiste dont la presse parle aujourd’hui. On voit la peur et la persécution subie alors qu’elle pourrait être une résistante. On me rétorquera qu’elle n’en a pas eu le temps puisqu’Auschwitz reste sa dernière demeure. Quand même ! Son humanisme net dans sa culture personnelle et dans ses choix artistiques, aurait pu nourrir une vocation d’opposante au totalitarisme, malgré la fin rédhibitoire. Ce choix n’est pas évoqué mais détourné par l’auteur car sprinter dans son obsession de retrouver Charlotte… qu’il ne retrouvera pas bien sûr mais du coup, perd aussi son lecteur. Un livre qui se veut personnel, un style qui tente la subtilité pour alléger les drames mais le contraire se produit ; dommage.
Yves Toussaint. 

Un livre à lire « Charlotte » de David Foenkinos recommandé par l’Echolatain.
















Mardi soir, les pentes, les rieutes en bon colatain, et la rue se sont enflammées en cascade. Après que les moniteurs de l'ESF de Flumet-Saint Nicolas aient tracé avec leurs flambeaux une belle calligraphie sur la page de neige, c'est Gildas, le clown fleuri qui a mis le feu au cœur du village. Mariant humour et art du jonglage il a conquis le nombreux public admiratif de sa maitrise des flammes qui jaillissaient de partout et même de sa bouche! Une chaude ambiance donc pour cette soirée organisée par l'office du tourisme avec Pierre-Yves Boulet et la participation des commerçants et des parents d'élèves du village.
 

Vers la loze.
Clichés Edmond Burnet-Fauchez.
L'Echolatain vit peut-être ses derniers jours. Vendredi, une agence artistique m'a demandé mon adresse postale pour m'adresser une facture. Une facture pour avoir en octobre 2012 publié le dépliant d'un transporteur local organisant un voyage en Alsace à l'occasion des marchés de Noël réputés de cette région. Ce dépliant était illustré de plusieurs dessins dont celui d'une artiste gérée par cette agence. Vendredi, par retour de courriel j'ai expliqué à ma correspondante le caractère bénévole et l'esprit de mon blog. Aujourd'hui, encore en fin d'après-midi, elle m'a confirmé l'exigence d'un paiement qui sera adapté, dit-elle. J'attends également un mot de l'autocariste à qui j'ai transféré cet échange de messages.
Je me donne un petit délai pour communiquer mon adresse postale mais si je dois demander à tous ceux qui me sollicitent d'une publication des justificatifs de propriété des images contenues sur leurs affiches, dans leurs brochures ou dépliants, je passerais à autre chose. Après vous avoir donné l'adresse de cette dame.



Et oui, pourquoi se raser le matin quand certains vous rasent toute la journée!