Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Texte et clichés de Christian Cochard. 

Comme le temps nous semblait très incertain dimanche nous avons décidé de faire notre randonnée ce samedi 30 septembre. De notre Val d'Arly nous nous sommes dirigés vers la ville de la Roche-sur-Foron en Haute Savoie avec comme objectif l'ascension de la Roche Parnal ce mamelon de calcaire qui domine la vallée de l'Arve. Nous sommes parti d'Orange ancienne station de ski située à 1050 m d'altitude, en prenant d'abord le chemin du Chesnet, puis les Bouverets pour arriver au chalet refuge de Balme situé à 1500 m d’altitude. Ensuite direction le col de Cou à 1607 m pour redescendre au pied de la falaise de la Roche Parnal au lieu dit le Pré Vaudé et remonter vers le col de Feu par un passage aérien où il fut nécessaire d'utiliser les mains pour grimper et atteindre le col à 1694 m. De tous les côtés les chamois et bouquetins apparaissaient et ce fut simplement exceptionnel car malgré la présence de ma chienne Maïka que j'avais bien sûr attachée nous avons approché ces animaux à quelques mètres sans les effrayer malgré les petits qui accompagnaient leurs mères. Même quand nous avons atteint le sommet à  1900 m, une mère et son petit étaient avec nous sur la crête. ​Certains de ces animaux avaient été bagués ou portaient une balise , pour permettre aux service de l'environnement de suivre leurs déplacements. Au retour , le groupe d'une dizaine que nous étions c'est arrêté au chalet de Balme pour manger un morceau de tarte et boire un café avant de redescendre dans la vallée après avoir fait plus de  850m de dénivelé et surtout en évitant la pluie qui quelques minutes plus tard arriva...






Le petit Pierre déménage à la campagne et achète un âne à un vieux fermier pour 100 euros
 
- Le fermier doit livrer l'âne le lendemain,
 
mais justement le lendemain : 
 
- Désolé fiston, mais j'ai une mauvaise nouvelle : l'âne est mort 
 
- Bien alors, rendez-moi mon argent. 
 
- Je ne peux pas faire ça. J'ai déjà tout dépensé...   
 
- OK alors, vous n'avez qu'à m'apporter l'âne. 
 
- Qu'est-ce que tu vas faire avec un âne mort? 
 
- Je vais le faire gagner par un tirage au sort à une tombola.. 
 
- Tu ne peux pas faire tirer un âne mort comme lot !     - Certainement que je peux. 
Je ne dirai à personne qu'il est mort.
 
- Dans sa situation, le fermier se dit qu'il ne peut pas vraiment refuser. 
 
- Il amène donc l'âne au petit Pierre. 
 
- Un mois plus tard, il revient voir le petit Pierre:
 - Qu'est devenu mon âne mort ? 
 
- Je l'ai fait tirer au sort. J'ai vendu 500 billets à 2 euros: ça m'a fait... une recette de 1.000 euros !! 
 
- Et personne ne s'est plaint ? 
 
- Seulement le gars qui a gagné.
Mais je lui ai rendu ses 2 euros et il n'a pas fait  d'histoire! 
 
- Pierre a vieilli et est devenu ministre des finances de la France. 
 
- Et pour gagner plus, il s'est toujours entouré d'ânes et continue à entuber tout le monde....!

 Une nouvelle tentative pour aller vers la galerie,
merci de me tenir au courant. 

Je viens de retirer des photographies suite à un courriel d'une enseignante. 


" Bonjour,
Je constate que des photos d'enfants de l'école figurent sur votre blog alors que nous n'avons pas les autorisations des parents pour cela. En effet , certains parents refusent que les photos de leurs enfants soient diffusées sur internet.
Je vous prierai donc d'être vigilant à l'avenir et de demander avant de publier des photos  des élèves de l'école sur votre blog.
Cordialement. "
Sophie MARIN.

Ci-dessous, ma réponse


Bonjour.
Je viens de retirer les clichés qui peuvent porter à contestation.
Je ferai deux remarques,
des clichés où apparaissent des enfants sont publiés sur le site municipal,
de nombreuses personnes ont dans le public, photographié et filmé et je ne serai pas étonné de retrouver ces photographies et films sur les réseaux sociaux.
Et une troisième, quand on demande à des enfants de couper le ruban on accepte de fait qu'ils soient photographiés et que les clichés soient diffusés.
Avec mes respectueuses salutations.
Edmond Burnet-Fauchez.

Une intervention de la mairie. 


" Bonjour Edmond,

je me permets de revenir sur la réponses que vous avez fait à Sophie MARIN, enseignante dans notre commune. La mairie, de par son site internet municipal (mairie-saintnicolaslachapelle.fr) étant cité dans votre réponse, je vous remercie de considérer les remarques suivantes et de les faire passer en tête de votre blog et dans l'article considéré dès que possible :

1/ L'école et la mairie disposent des autorisations qui ont été demandées préalablement aux parents d'élèves,  permettant la diffusion de photographies des enfants sur des publications comme le site internet communal,

2/ Les enfants dont le ou les responsables légaux ne souhaitent par les voir apparaître sur ce type de média ont été soigneusement floutés préalablement à la diffusion des clichés sur le site internet de la mairie.

Par Ailleurs, je me permet de rappeler l'article 9 du Code Civil, qui fait par ailleurs partie de la Charte éditoriale (cf séance de conseil municipal du 15 Mars 2017) du site internet de la Mairie de St-Nicolas-la-Chapelle (mairie-saintnicolaslachapelle.fr) :

Chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que séquestre, saisie et autres, propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l'intimité de la vie privée : ces mesures peuvent, s'il y a urgence, être ordonnées en référé".

Cette Article du code civil s'applique d'autant plus que les enfants, jusqu'au vendredi 16h30 sont dans un cadre scolaire et sous la responsabilité de leur institutrice. La remarque de Sophie MARIN est donc entièrement justifiée. Le fait d'avoir enlevé les clichés de votre blog est donc une réaction minimale indispensable. La mairie, dont le site internet municipal est citée dans votre réponse, n'adhère donc pas du tout à vos propos sur la base de l'argumentaire développé ci-avant. Je vous remercie d'être plus vigilant à l'avenir dans ce cadre, et de ne pas surjouer du droit à l'information sur un blog somme toute privé, mais qui, magie d'internet, peut être regardé en deux clics par n'importe qui et dans le monde entier.

Cordialement.

Fabrice BUISSON
Maire adjoint

Un courriel de l'école.

" Bonjour,
Je vous remercie de votre compréhension face à ces problèmes délicats. Je suis consciente du fait que certains parents ont pris des photos de cette inauguration mais j'ai déjà rappelé à l'association des parents d'élèves, l'année dernière,  de limiter les photos d'enfants de l'école sur  leur compte facebook en leur précisant leur responsabilité quant à la diffusion de clichés d'enfants scolarisés.
Cordialement, "
Sophie MARIN

Le sous-préfet, Nicolas Martrenchard; le député, Vincent Rolland; le sénateur, Jean-Pierre Vial; l'inspecteur de l’Éducation Nationale, Jean Navarro et le premier vice-président du Conseil départemental, Franck Lombard, le président Hervé Gaymard était pris par d'autres obligations de même que Fabrice Pannekoucke, conseiller régional, ont ce vendredi 29 septembre répondu présents à l'invitation de Georges Meunier, maire de Saint-Nicolas-la-Chapelle et de son conseil municipal à un évènement d'importance, l'inauguration de l'extension et de l'aménagement de l'école du village. Après l'accueil chanté par les écoliers et après que le traditionnel ruban ai été coupé par un enfant et le sous-préfet, une visite a permis au personnalités et au public de découvrir les nouveaux locaux et les aménagements réalisés dans les anciens. A l'heure des allocutions, Georges Meunier, a retracé la genèse de ces travaux rendus nécessaires par l'accroissement de la population et les prévisions démographiques en hausse. Depuis l'obtention du permis de construire en septembre 2016, le chantier, commencé en novembre a été rondement mené pour que les 47 élèves de cette rentrée 2017 puissent être accueillis dans des locaux fonctionnels, conviviaux et lumineux, ouverts sur le paysage. Il a remercié tous les concepteurs du projet, les corps de métiers qui ont tenus les délais, les financeurs, les élus qui ont apporté leur soutien et le personnel de l'école qui a accepté quelques contraintes durant cette période. Dans leurs propos, Jean Navarro, Franck Lombard, Vincent Rolland et Nicolas Martrenchard, se sont réjouis de participer à une telle journée tournée vers l'avenir et la jeunesse et félicité chaleureusement les artisans de cette réalisation, qui témoigne du dynamisme de la commune. La parole a été donné aussi à d'anciens élèves, aujourd'hui collégiens et qui bientôt feront leurs premiers pas dans la vie citoyenne en se présentant candidats au futur Conseil municipal jeune, une autre note d'optimisme pour l'avenir du village. Et la verrée qui a conclu la manifestation a réuni personnalités déjà citées, élus municipaux et communautaires dont les maires, Marie-Pierre Ouvrier, de Flumet, Noël Bibollet, de La-Giettaz; Lionel Mollier, de Crest-Voland et Philippe Mollier de Notre-Dame-de-Bellecombe, concepteurs et entrepreneurs, représentants du Centre de Secours, de l'ONF, de la gendarmerie, les enseignantes et personnel de l'école et le public. 

Le budget de l'opération et les entreprises.




Ce meuble a traversé toutes les rénovations. Il y a une soixantaine d'années c'était la bibliothèque, dans la grande classe, exactement au même endroit, avec les livres de la collection Rouge et Or et autres. Il a peut-être changé de couleur, je le vois, à cette époque, en noir, lie de vin, c'est plus gai !


Nous avons reçu récemment 70 personnes la Fédération des coopératives agro-alimentaires du Pays Basque (Euskadi) et de la Coopérative de France à Flumet. Ils ont souhaité venir à la Coopérative Fruitière en Val d’Arly Savoie Mont-Blanc, afin de découvrir un système coopératif à gestion directe (gérée par les agriculteurs eux-mêmes) ancré dans un paysage montagnard alpin, où les producteurs de lait ont su maintenir une agriculture de montagne avec des races de vaches rustiques, des valeurs traditionnelles et la conservation de savoir-faire fromagers depuis bientôt 50 ans.
Ce sera, à l'initiative de Vivre en Val d'Arly, vendredi 6 octobre à 20h30 à la salle polyvalente de Flumet. La pièce, Amour et tumulte, sera interprétée et chantée par la Compagnie du Corbeau avec Muriel Jarry et Denis Bouvier. Denis, bon pianiste, mais dont l’expérience théâtrale remonte à ses années de jeunesse doit remplacer au pied levé un acteur-musicien accidenté. Il est sur scène et attend ... Muriel, la comédienne, prise dans les bouchons, arrive en retard, il ne reste que trois heures avant le lever de rideau. Ils ne se connaissent pas et doivent en un temps record, pendant cette unique répétition, mettre le spectacle en place. Elle va devoir faire preuve de sagacité, de créativité et d’un bon sens de l’improvisation. Tel est le fil sur lequel est construite cette comédie, ce qui annonce une belle soirée. Réservation auprès de VVA au 04 79 31 80 04 selon les tarifs ci-dessous.
Tarif Val d’Arly -18 : 5€ sur inscription ; 7€ sur place
Tarif Val d’Arly adulte : 8€ sur inscription ; 10€ sur place
Tarif extérieur – 18 : 6€ sur inscription ; 7€ sur place
Tarif extérieur adulte :  9€ sur inscription ; 10€ sur place



Dans un autre domaine, Vivre en Val d'Arly, propose une découverte de la cité médiévale de Pérouges dans l'Ain. Visite guidée et atelier de fabrication de papier sont au programme de cette journée, de 8 à 20 heures, ce,  de Flumet à Flumet, le repas n'étant pas compris dans la prestation.  Participation selon le QF et inscription avant le 2 octobre.