Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Il y a au pays de St Nicolas, au-delà de la chapelle du Passieu, sur le chemin qui conduit aux Rochats, un lieu appelé, le Creux au loup. C'était un premier matin d'une nouvelle année, autrefois, du temps de mon arrière-grand-père. Ce matin là donc, Daude, le violoneux, l'un des nombreux violoneux de ce temps, rentrait de la veillée. On l'avait invité près du village, on le savait seul, la-haut dans son chalet et aussi il mettait de la gaîté autour de lui. L'aube se levait déjà quand il pénétra dans la forêt où serpentait la sente qui menait chez lui. Malgré la longue nuit blanche il allait d'un bon pas et s'élevait régulièrement vers le hameau. La neige n'était pas tombée durant les derniers jours et celle restée après le passage du triangle, la semaine de Noël, crissait sous ses souliers ferrés de Tricounis. Et soudain, au détour du sentier, là où au printemps coule un ruisseau né de la fonte des neiges, un loup famélique lui barra le passage. Daude leva sa canne, la bête ne recula pas, bien au contraire et s'approcha, menaçante. Le sac tyrolien de Daude était garni, de cochonnailles, de pain frais et de rissoles, donnés par ses hôtes d'un soir. Il le fit glisser à ses pieds et prudemment jeta vers le loup un morceau de pain qui sitôt qu'il l'eut avalé revint à la charge. Ainsi, tout disparut et la faim du fauve n'étant pas calmée, le violoneux pensa sa dernière heure venue. Le sac, vide et plat, gisait sur le sol. A ses côtés, le violon dans son étui, Daude, avec mille précautions, s'empara de l'instrument et de son archet. Dès les premiers accords le loup s'assit, le violoneux enchaîna, rengaines, complaintes et airs à danser, la bête vint lui lécher les pieds et s'allongea dans la neige. Daude rangea violon et archet dans leur étui, mit son sac à l'épaule et s'engagea sur le chemin, le loup le suivit, tel un chien jusqu'au chalet, entra à sa suite et se coucha vers le poêle où rougissaient encore quelques braises. Daude l'appela, Sylvestre, et lui confia la garde de sa maison quand il allait faire danser, noces, bals et veillées de nouvelle année.

Edmond Burnet-Fauchez

vendredi 30 décembre 2011
Avant l'arrivée de la télévision, chez nous en 1968 pour les Jeux Oympiques de Grenoble, nous écoutions la radio et je me souviens de la Famille Duraton, de Sur le banc avec Jane Sourza et Raymond Souplex, des chroniques de Geneviève Tabouis et de Claude Terrien et du bulletin météorologique de Radio Sottens, ce dernier exigeant le silence radio!
Il y a longtemps que certains, je dis certains, de nos élus nous prennent pour des veaux, Françoise Tenenbaum, adjointe au maire de Dijon veut les envoyer, les veaux, pas les élus, chez le vétérinaire. La moutarde me monte au nez, je ne doute pas des compétences scientifiques de ces praticiens mais mentalement je ne suis pas prêt à être emmené par Boule de neige, mon chat, chez son vétérinaire de famille. Il faudrait une préparation, un coaching, pour parler le patois actuel. En voilà un métier d'avenir, coach, pour apprendre à l'homme à faire la bête, le mouton par exemple, mais souvent il le fait déjà très bien sans apprentissage!
jeudi 29 décembre 2011
En feuilletant, sur la toile, le Nouvel Observateur, mon attention a été retenue par la chronique de Jérôme Garcin. Il ne ménageait pas ses compliments à un livre écrit avec beaucoup de talent par un mien ancien collègue, Jean-Pierre Raison, qui fut quelques années correspondant local de presse. Je vous laisse deviner mon intérêt pour ce billet et son objet que je me suis empressé d'acquérir auprès de l'éditeur angevin, le Petit Pavé. Petit éditeur, peut-être, mais diligent et attentionné et ce matin j'ai pu picorer quelques pages qui m'ont mis en appétit pour poursuivre dès que possible la lecture de ce texte allègre, pertinent et aussi impertinent. Je vous en reparlerai dans quelques temps et vous invite à appuyer sur les liens placés dans ce message.
Vous avez dit: boules de neige! Non, il s'agit de Snow Balll et hier après-midi, à Flumet, une rencontre a permis dans un premier temps, aux très jeunes de s'initier aux règles de ce jeu que nous, nous pratiquions sans règles. La deuxième mi-temps, elle, a opposé dans un tournoi les plus de huit ans et adultes, les rouges et les bleus. Cette rencontre qui a connu une belle participation préparait aux finales qui se dérouleront à Crest-Voland, le vendredi, demain donc, trente décembre.
lundi 26 décembre 2011

Chirurgie

Une femme d’âge mûr a une crise cardiaque et se retrouve à l’hôpital. Sur la table d’opération, proche de la mort, elle aperçoit une intense lumière. Elle voit Dieu et lui demande : " Mon heure est-elle arrivée ? "

Dieu lui répond : " Non ! Il te reste 43 ans, 2 mois et 8 jours à vivre. "

À son réveil, elle décide de demeurer à l’hôpital, de se faire remonter le visage, faire une liposuccion, injecter du collagène dans les lèvres, faire refaire les seins et tout le reste. Comme elle devait encore vivre longtemps, cela en valait la peine.

Après sa dernière opération, elle sort de l’hôpital, traverse la rue et se fait frapper par un camion. Arrivée au ciel devant Dieu, elle lui demande : " Il me semble que je devais vivre encore 40 ans et plus ! Pourquoi ne m’avez-vous pas fait éviter la trajectoire de ce camion ? "

Et Dieu répond : " Je ne t’avais pas reconnue !! " Et en appuyant, ici, d'autres histoires.
Cet été les vacanciers en séjour à Flumet et St Nicolas la Chapelle étaient invités à participer à une tombola mise en place par l'Association des commerçants et qui offrait deux séjours gratuits durant ces présentes vacances de Noël. Clotilde et Joël Boitrelle, sont parmi les gagnants et avec eux c'est la fidélité à la station qui a ainsi été récompensée par le sort. Les époux Boitrelle sont en effet des habitués de Flumet depuis vingt quatre ans, séjournant les premiers temps chez Odette Richard puis chez Colette Socquet-Clerc. Joël est employé dans une usine, Clotilde travaille dans un laboratoire et ils vivent à Marmonne, une petite ville à quelques kilomètres de Rouen, ils sont donc normands et amoureux du Val d'Arly en toutes saisons. Très heureux et touchés, ils remercient vivement les organisateurs et leurs adressent leurs vœux dans l'attente d'une prochaine rencontre, cet été prochain.
Hier en début de soirée je suis parti à la découverte de cette espèce qui n'est visible que quelques semaines de décembre. Le reste de l'année elle reste cachée ou alors elle prend des apparences très communes, rien ne la distingue de vous et moi. Ma quête m'a permis deux rencontres, l'une à St Nicolas avec un Père Noël imprévoyant, recherchant une cheminée pour réchauffer ses mains et l'autre à Flumet, où le Père Noël avait même déplacé les deux premiers magistrats du lieu. Qu'ont-ils demandé et obtenu? Le soir du 24 décembre, c'est accompagné de carillon, sonnailles, lutins ou hommes en rouge porteurs de flambeaux que le Père Noël se déplace. Il semble, comme ses admirateurs, se nourrir de vin chaud et de papillotes et la nuit venue il disparait dans les cheminées pendant onze mois.
jeudi 22 décembre 2011

Un soir de Noël.

( D'après le dit de Simon Bourgeois )

C'était autrefois, et en cette nuit de Noël, à la sortie de la messe de minuit une grande foule entourait l'église du village. On discutait un peu avant de prendre le chemin du retour et de temps en temps, des aboiements venus de l'autre rive du Flon interrompaient les conversations qui ne tardaient pas à reprendre. Le froid et l'heure avancée firent que bientôt chacun prit son chemin. Sur celui menant au Passieu, nombreux étaient les fidèles, ceux des maisons le bordant, ceux du hameau et aussi ceux des Rochats où, à l'époque vivaient plus de cent personnes. La troupe qui s'amenuisait au long de la marche faisait halte quand régulièrement les aboiements reprenaient, tristes et plaintifs, au cœur de la nuit, chacun écoutant sans dire un mot. C'est parvenus à la Croix des Sierres, là où ceux des Rochats, ils étaient encore bien quatre vingt, se dispersaient que la Fine à Constant voulut bien répondre aux plus jeunes, curieux et interrogés par ces aboiements inhabituels. Elle leurs conta que bien des années auparavant, à Héry, sur le versant d'en face, vivait un couple sans enfants. Elle, était pieuse et se rendait à la messe de Noël, lui, mécréant et provocateur, partait à la chasse et un soir de Noël, il ne revint pas, ni ses chiens. Et depuis, chaque Noël, c'est eux que l'on entend déchirer le silence de la nuit froide et enneigée.

Edmond Burnet-Fauchez pour le texte et Christian Combaz pour le dessin.

Il vient de sortir des presses, L'Anima Sphère du Val d'Arly est le mensuel de l'Office du Tourisme Intercommunal. Il a été présenté aux acteurs de la station de Flumet-St Nicolas par Yves Toussaint, directeur de l'OTI et par Alexandra Benoît, référent, événements et communication au sein de cette structure. Au cours de cette réunion qui s'est tenue dans les locaux du Dodécagone, les temps forts et les animations hebdomadaires et quotidiennes ont été annoncés. On peut les retrouver dans la nouvelle publication distribuée dans les offices du tourisme de chaque village et chez les commerçant, elle est complétée par une feuille hebdomadaire et bien sur rien ne vous empêche de rendre visite aux hôtesses ou de vous rendre sur le site de l'OTI. Parmi les temps forts mentionnés ci-dessus, retenons:l’ouverture d'une patinoire de plein air à Notre Dame de Bellecombe, la Chasse au trésor du Père Noël, la première Leuqée, le premier Snow Ball Fight Tour, le marché de l'Epiphanie, Bacchus à la neige, la cinquième édition du challenge Vol à ski, la journée Fémini Cîmes, les étapes de la Grande Odyssée dans l'Espace Diamant, les spectacles de l'Opoual, les journées d'initiation au ski avec Labellemontagne. N'oublions pas les sorties encadrées à raquettes, la découverte du paret, des traineaux à chiens, du yooner, du vélo-ski, du snowscoot, des pistes de luge, de l'escaladventure, de l'orientation, des balades en calèches, des locations de quads et de motoneiges, du parapente, du vol au-dessus du massif et du pays du Mont-blanc en avion ou en montgolfière. La culture est aussi au rendez-vous avec les visites guidées en collaboration avec la Fondation pour l'Action Culturelle Internationale en Montagne, FACIM, dans le cadre des Villes et Pays d'Art et d'Histoire . Avec un tel programme, qui s'enrichira encore, il est simplement impossible de s'ennuyer dans nos villages vald'arlysiens!
lundi 19 décembre 2011
C'est à Flumet ce dernier mercredi, 14 décembre, que le syndicat intercommunal, Arlysère, présidé par Franck Lombard, maire d'Ugine et le Syndicat Intercommunal à Vocation Unique, SIVU du SCOT, Schéma de Cohérence Territorial, présidé par Philippe Masure, maire d'Albertville, ont tenu leur dernier conseil syndical de l'année. Les représentants des 38 communes et des quatre communautés de communes ont, suite au débat d'orientations budgétaires qui a eu lieu il y a un mois, adopté le budget primitif 2012 des deux structures. Ils ont également entendu les rapports sur l'avancement de deux projets. L'opération programmée d'amélioration de l'habitat et de rénovation thermique des bâtiments est engagée sur l'ensemble du territoire. Quatre millions sept cent mille euros de subvention sont attendues sur quatre ans de la part des partenaires institutionnels ou associatifs pour intervenir sur 380 logements privés, 577 logements sociaux et quelques réalisations exemplaires concernant des bâtiments publics ou touristiques. Des programmes en faveur de l'économie locale et de artisanat, compléteront cette action de même qu'une sensibilisation des occupants des locaux privés du secteur tertiaire. Le portail des sentiers de randonnée et des activités de pleine nature se met en place et sera accessible depuis les sites des offices du tourisme, des mairies et des autres agents de promotion touristique. En cliquant sur, Arlysère, dans le texte, vous pourrez accéder au site de cette structure.
Ce dernier mercredi, à la Maison familiale de Saint Nicolas la Chapelle, les assistantes maternelles et les bambins dont elles ont la charge se sont retrouvées avec quelques parents et quelques élus, communautaires ou municipaux pour un goûter récréatif à la veille de Noël. Avant de partager pâtisseries et autres gourmandises tous ont apprécié les prestations de Myriam Marin-Cudraz, coordinatrice du Relais des Assistantes Maternelles du Val d'Arly et d'Isabelle Bouchex. Myriam a des talents de marionnettiste et a présenté avec succès deux agréables scénettes qui ont ravi le jeune public. Isabelle a mimé avec beaucoup de bonheur un conte de saison et a elle aussi recueilli les applaudissements de l'auditoire. Merci à elles pour cette porte ouvertes vers le merveilleux.
mercredi 14 décembre 2011
Du Noël du Relais des Assistantes Maternelles, RAM, à la Maison familiale de St Nicolas la Chapelle, à la réunion d'Arlysère, à la salle polyvalente de Flumet, en passant par celle de l'Office du Tourisme, au Dodécagone, quelques photographies en attendant des textes.
mardi 13 décembre 2011
Photographies réalisées par Andrée et Henri Drode lors de la visite de l'église orthodoxe, Saint Nicolas, à Ugine. La visite prévue pour le six décembre 1996 avait été reportée au neuf mai 1997 à la demande de Mr et Mme Nikiforff, qui âgés, craignaient que la neige rende l'accès difficile. Les annotations qui suivent sont de Henri Drode.
* Iconostase: cloison couverte d'icônes derrière laquelle le pope célèbre la consécration. ** Fanion donné par l'équipage d'un croiseur en escale pour réparation à l'Arsenal de Toulon.