Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

 Dans le cadre du projet, " sois free en toute sécurité ", mis en œuvre par Vivre en Val d'Arly et qui a débuté cet hiver sur le terrain avec les pisteurs-secouristes, douze jeunes, de 12 à 16 ans, ont ce mardi 30 avril, dans les locaux du centre de secours du Val d'Arly, suivi une formation aux premiers secours et obtenu leur PSC1*. Ce stage, animé par Lionel Charles, à droite au dernier rang, de Flumet, pisteur et formateur, a obtenu une aide de Jeunesse et Sports, ce qui a permis de très bonnes conditions financières pour les participants, à savoir, un coût de cinq euros au lieu de 60. Deux autres sessions sont au calendrier, le 18 mai à Crest-Voland et le huit juin à Notre Dame de Bellecombe. Des places sont encore disponibles et vous pouvez vous inscrire au 04 79 31 80 04 ou par courriel, vivreenvaldarly@gmail.com ou passez au siège, rue du Mont Blanc à Flumet. * Prévention et secours civiques, niveau 1.
-
Dans l'espace multimédia de Vivre en Val d'Arly trois stagiaires se sont retrouvés pour appréhender tous les secrets de l'ordinateur. Cette formation se déroulera sur huit séances animées par Sylvain Lapraz, deuxième en partant de la droite, pédagogue, informaticien et professeur d'informatique. A noter que des ateliers thématiques sont également  programmés et qu'il reste des places. Pour plus de renseignements et vous inscrire, appelez le 04 79 31 80 04 ou écrivez, vivreenvaldarly@gmail.com ou vous rendre au bureau, rue du Mont Blanc à Flumet.
dimanche 28 avril 2013
  
C'est le nom d'une sculpture de Livio Bénédetti, question très actuelle!

Cette œuvre fait partie de l'exposition rétrospective organisée par la Fondation Pierre Dumas à la Tour Trésorerie et jardin du château des ducs de Savoie à Chambéry. Ouverte du 26 avril au 2 juin 2013, de 13 h 30 à 18 h du lundi au vendredi et de 10 h 30 à 18 h, les samedis, dimanches et jours fériés. Si vous souhaitez partager mes balades dans Chambéry, suivez moi par ICI! Les légendes des œuvres de Livio Bénédetti seront ajoutées prochainement.


Exposition Livio Benedetti au Château des Ducs... par Savoie-actu
samedi 27 avril 2013
François avait 49 ans. " Tu aurais pu attendre un peu " lui a dit un de ses amis devant la nombreuse assistance  réunie, le six avril dernier, pour un dernier hommage. Tout le monde a pensé comme lui. François, entouré et soutenu par sa famille, venait de s'en aller, après avoir lutté de toutes ses forces. François avait grandi dans le village auquel il était attaché et avait eu le bonheur de pouvoir acquérir et rénover avec goût la ferme de ses arrière-grands-parents et y installer sa famille, Laurence, son épouse, Maxime et Géronime, ses enfants et dont, inquiet, il souhaitait préserver l' environnement. Une grande absence pour les siens et aussi pour les colatains, pour tous ses amis, pour ses collègues de la SMAC. Son calme, sa discrétion et son humour décalé leur manquent et ils en garderont précieusement le souvenir vivant dans leur cœur.


jeudi 25 avril 2013
Notre doyenne, née en 1914, Marie-Thérèse, Émilie, Codaccioni, née Ouvrier-Buffet, nous a quittés et nous pourrons l'accompagner lors de ses obsèques religieuses qui seront célébrées le samedi 27 avril, à dix heures en l'église de Saint  Nicolas la Chapelle. Marie-Thérèse, Émilie, ancienne institutrice, était la sœur de François, Frédéric et Raymond, ces deux derniers ayant été maires de notre commune.
mercredi 24 avril 2013
Les participants au concours des maisons fleuries 2012, organisé par la municipalité ont reçu leurs prix , tout dernièrement en mairie  des mains de Marie-Pierre Ouvrier, adjointe au maire. Dans la catégorie, hôtels et commerces, ce sont: la Ferme de Zecon, première, le Centre FNACA du Mont-Blanc, deuxième et la SARL Ouvrier-Buffet, électro-ménager, troisième, qui se distinguent. Dans la catégorie, balcons, les frères Ouvrier-Buffet trustent les prix, Michel et Daniel, premiers ex-quo et Robert, deuxième. Dans la catégorie, chalets et maisons individuelles, le jury a classé: Sévérine Gardet, première; Claude Gauthier et Valérie Muller, deuxièmes ex-quo et Patrick Grosset-Grange, troisième. Pour les fermes en activité la première place revient à Michèle Besson-Damegon, la seconde à Sylvie Marin-Cudraz et la troisième  à Aline Burnet-Merlin. La commune elle même a participé au concours départemental et s'est classée cinquième dans la catégorie des villages de 500 à 1000 habitants. Le jury départemental a aussi distingué et récompensé le fleurissement des maisons de Christiane Pellissier, Séverine Gardet et Claude Gauthier.
Sur le cliché, les lauréats de chaque catégorie autour de Marie-Pierre Ouvrier et d'autres clichés ICI.
Ce printemps, qui semble enfin arriver, a vu l'éclosion d'une nouvelle activité au sein de l'association, Vivre en Val d'Arly: Entre nous, qui se propose de mettre en relation les habitants et hôtes du pays pour échanger des passions, partager des sorties touristiques, culturelles, sportives et autres. Vous offrez, vous demandez, ce nouveau réseau social à l'échelle de la vallée vous mettra en communication et établira des liens conviviaux, n'hésitez pas à contacter Vivre en Val d'Arly, vivreenvaldarly@gmail.com ou 04 79 31 80 04 et bien sur en passant tailler une bavette au siège, rue du Mont-Blanc à Flumet. Et cerise sur le gâteau, en cette période de lancement vous risquez de gagner 20 euros de bons d'achats! Tout çà, c'est entre nous mais vous pouvez le répéter entre vous!
mardi 23 avril 2013
A l'heure où la neige et l'herbe nouvelle se disputent les pentes, le Ski-Club de Flumet-Saint Nicolas la Chapelle a clos l'hiver en se classant premier de la saison devant les clubs d'Arêches et des Saisies. Au terme de cette même saison, se classent, première, Mélina Ansanay-Alex, quatrième, Manon Ouvrier-Buffet, U12 filles; première, Ludivine Rey, U14 filles et premier, Corentin Lorin, U14 garçons. Lors de la finale de la coupe de bronze, U12 U14 du district, Beaufortain, Val d'Arly, Bauges, aux Saisies sur la piste des Rhododendrons, le dimanche 14 avril dernier, nos locaux se sont également distingués avec chez les filles, U12, Mélina Ansanay-Alex, première; Manon Ouvrier-Buffet, troisième, Lisa David, cinquième et vingt sixième, Angelina Rey et chez les filles U14, Ludivine Rey, première, Candice Burnet-Merlin, quatrième et Carla Burnet-Merlin dix huitième. Chez les garçons, U14, Corentin Lorin termine à la deuxième place et le Ski-Club de Flumet ST Nicolas emporte le challenge du meilleur club. Nos champions vont goûter un repos bien mérité mais sans oublier l'entrainement pour être au top en décembre prochain!

Les bénévoles de l'association ont répondu nombreux à l'invitation de leur président Jean Ouvrier-Buffet pour participer à l'assemblée générale 2012 qui s'est déroulée au centre social de Flumet le samedi 20 avril. Avant de passer à l'ordre du jour, il a remercié tous ceux qui ont œuvré au cours de l'année et la municipalité de Flumet pour son soutien. Le rapport d'activité qui montre que les travaux prévus pour 2012 ont tous été réalisés et le rapport financier ont été approuvés. Pour la prochaine saison estivale, les visites de la maison du meunier, musée au fil du temps, et du moulin seront organisées les mardi et jeudi, de 16 à 19 heures. D'autre part, le dimanche 25 août, dans le cadre de la fête de l'attelage, ouverture exceptionnelle du moulin, du musée et de l'estaminet. Enfin, hors saison, les groupes peuvent être accueillis après réservation auprès de l'office du tourisme, 04 79 31 61 08 ou 04 79 32 92 62.
Anne Poupard de Ponthoile dans la Somme, Jean-Stéphane Courant  d'Albi dans le Tarn, Frédéric Guigonnet de Genas dans le Rhône, Marie-Hélène Acard de Pavilly en Seine-Maritime et Kévin Foyard de St Just en Chaussée dans l'Oise, qu'ont-ils en commun? Deux choses, premièrement, ils ont passé leurs vacances d'hiver à Flumet ou Saint Nicolas la Chapelle et participé à l'opération tombola des commerçants des deux villages et deuxièmement, ils en sont les heureux gagnants désignés par le sort. C'est parmi 306 cartes collectées au cours de la saison hivernale que la tirage a été effectué par le  bureau de l'association des commerçants réuni à Flumet, vendredi 19 avril . Les cinq lots de valeur égale sont offerts par des membres de l'association et permettront aux bénéficiaires de séjourner, cet été, durant une semaine, dans un meublé de la station et ce pour quatre personnes. Ils pourront ainsi découvrir la région sous un autre aspect et goûter aux activités et animations estivales. Ce tirage au sort précédait une séance de travail préparant la brocante, importante manifestation qui se déroule les premiers dimanches de juillet, cette année le sept et qui mobilise tous les bénévoles de l'association.
De gauche à droite, Anne Ouvrier-Buffet, Muriel Marque, Yvette Quittet et Sandrine  Bernardi.
jeudi 18 avril 2013
Madame Christine Lagarde, convoquée par la justice française, déclare ne rien voir de nouveau sous le soleil. Malheureusement pour elle, la météo pour les prochains jours annonce, nuages et précipitations!
mercredi 17 avril 2013



Pour la Nuit du musette
au Grand-Bornand
le samedi 25 mai

L'amicale des accordéonistes du Mont Blanc organise un car au départ de
Sallanches, Passy, St Gervais, Megève, Praz S/Arly, Flumet

Prix par personne :
12€ pour le car, (11€ au départ de Flumet)
25€ pour le repas dansant (avec kir, entrée, plat, fromage, dessert et café)

Renseignements et réservations
avant le 1er mai auprès
d'Isabelle au 04 .50.21.35.99
ou de M.Hélène au 04 .79.31.71.56

lundi 15 avril 2013

Les collégiens du haut Val d'Arly inscrits dans la section européenne anglais de leur collège de secteur, le collège de Rochebrune à Megève, se sont rendus récemment dans le Devon, patrie de la reine du crime avec leur professeur d'anglais Madame Vernier-Favray qui nous a confié ces quelques lignes. Ces élèves passionnés de culture et de littérature anglophone se sont rendus tous les matins dans une école de langues à Newton Abbot où leurs professeurs locaux, Calvin et Nigel les attendaient afin de mener à bien leur projet ambitieux : rédiger une nouvelle policière dans la langue de Shakespeare.Calvin, professeur de littérature anglaise, leur a donné un maximum de pistes afin de créer un récit riche en suspense et des personnages profonds alors que Nigel a enrichi le lexique lié aux investigations policières. La nouvelle policière sera publiée à la rentrée prochaine.Tous les aprés-midi, ces écrivains en herbe retrouvaient les autres élèves du voyage scolaire, la classe sportive du collège, encadrée par leur professeur d'anglais M. Paquereau. Ensemble, ces élèves de 4ème ont pris part à une chasse au trésor dans le Dartmoor (grand parc national du Devon), dégusté un cream tea et pêché le crabe en bord de mer Ce séjour s'est achevé par un arrêt à Londres et une visite de Madame Tussauds où les 4 professeurs et leurs élèves ont pris la pose avec des stars de cire. Les élèves de la section européenne ont désormais retrouvé leur salle de cours à Megève et peaufinent leur spectacle : « Broadway raconte le nouveau monde », une comédie musicale à laquelle tout le haut Val d' Arly est convié le 16 mai 2013 à 19h au palais des sports de Megève.
Dans une bâtisse entourée de verdure, en amont du bourg de Flumet existe une activité discrète mais chargée d'histoire et de tradition, la station de monte de la Société mulassière du Val d'Arly qui est présidée par Marie-José Joly entourée d'un conseil d'administration réunissant de deux à trois représentants des adhérents par commune. La société gère donc depuis son origine le site du Châtelet et son activité et elle organise, chaque premier mardi d'août, cette année le six, le concours des poulains et mulets. Ses seules sources de revenus sont les cotisations des 140 sociétaires, les subventions de la Com'Arly, Communauté de Communes du Val d'Arly, des communes d'Ugine et de Praz sur Arly et du Conseil général de la Savoie. S'y ajoutent les primes accordées par les établissements financiers partenaires du monde agricole et le paiement des saillies, une trentaine par an, chaque saillie est facturée 70 euros, mais on note malheureusement une baisse, par les propriétaires de juments. C'est dans une écurie refaite à neuf qu'ont été accueillis tout récemment, Atlas, baudet de trois ans acheté en Poitou-Charente et Tango des Montants, trait-comtois, âgé de six ans et loué aux Haras nationaux. Les responsables remercient M et Mme Daniel Jond, qui durant 24 ans ont assuré le fonctionnement de la station et qui souhaitant se retirer laissent la place à un nouvel étalonnier qui prendra ses fonctions le premier mai prochain. La ferme du Châtelet présente un fort bel élevage, gage de continuité pour une activité autant patrimoniale que vivante. 
A gauche, Tango des Montants; à droite, Atlas.
dimanche 14 avril 2013
" RECHERCHE D'ÉVENTUELLES COMPLICITÉS
Il y aurait eu cinq explosions, détruisant cinq portes de l'établissement. Une fois à l'extérieur, une demi-heure après le début de la prise d'otage, le détenu a d'abord relâché un des surveillants juste après avoir quitté la prison, puis un autre quelques centaines de mètres plus loin. Il a ensuite pris la fuite à bord d'un premier véhicule avec deux otages, qu'il a relâchés aux alentours de 10 heures sur la nationale 41. Ce véhicule a été abandonné et incendié un peu plus tard sur l'A25 à hauteur de Ronchin. Après quoi M. Faïd est monté dans un second véhicule, depuis activement recherché, selon la préfecture du Nord. "
Dans le quotidien, le Monde, de ce jour. 

Alors que l'usage des termes, monsieur, madame a quasiment disparu dans la presse, est-ce bien judicieux?


samedi 13 avril 2013

Sigles et acronymes

Le 04 avril 2013
Les sigles et acronymes, parce qu’ils sont plus courts que les formes qu’ils abrègent, permettent de gagner du temps et de l’espace. Rappelons qu’un acronyme est un sigle que l’on prononce comme un mot ordinaire (ONU, CAPES, UNESCO). On peut donc légitimement en faire usage, mais dans ce cas, comme dans de nombreux autres, la modération est une bonne chose et l’abus dangereux.
Il convient surtout, avant d’y avoir recours, de se demander si les personnes à qui l’on s’adresse sont au courant de leur signification, en sachant bien que le même sigle ou le même acronyme peut avoir plusieurs significations. Le très précieux et très sérieux Dictionnaire des sigles nous apprend ainsi que l’acronyme UNI peut désigner à la fois l’Union nationale interuniversitaire et l’Union naturiste internationale, mais aussi l’Union nationale des indépendants (au Burkina-Faso), l’Union nationale pour l’indépendance (à Djibouti) ou encore l’Union des nations indigènes (au Brésil). Rappelons aussi que le sigle U.M.P. peut signifier Union pour un mouvement populaire ou Urgences médicales de Paris
Il est donc préférable, si l’on ne veut pas mettre son interlocuteur en difficulté, de développer le sigle ou l’acronyme que l’on utilise pour la première fois pour en donner la signification. On se rappellera aussi que l’on parle et que l’on écrit pour être entendu, lu et compris et que ces formes abrégées sont parfois des écrans qui voilent le sens des phrases dans lesquelles elles figurent.
lundi 8 avril 2013
Soixante dix huit retraités, dont plusieurs nonagénaires, ont répondu présents à l'invitation de la municipalité et se sont retrouvés ce dimanche sept avril pour partager un repas à la Rest'o et poursuivre l'après-midi en toute convivialité. Pierre Ouvrier-Buffet, maire, lui même retraité, les a accueillis pour cette première édition, appréciée par tous et qui se renouvellera certainement les prochaines années. Sur la photographie*, à droite, l'une des doyennes de l'assemblée, Mélina Rubella. * De Sandrine Bernardi que je remercie vivement. 

Vers la loze^^^^
jeudi 4 avril 2013
Après un long combat contre la maladie, François Chareyron a rejoint l'autre rive, laissant dans la peine, Laurence, son épouse, Maxime et Géronime, ses enfants, Mireille, sa mère, Frédéric et Nataline, son frère et sa sœur, leurs familles et aussi tout le village dont il était une sympathique figure. Nous pourrons lui rendre hommage, samedi six avril, à dix heures trente au funérarium d'Ugine. A Megève, c'est Anne-Marie Gaiddon qui a quitté les siens, elle était la mère de Christophe Gaiddon, président du Ski-Club du Val d'Arly et époux de Maryse, secrétaire de mairie à Flumet. La cérémonie religieuse sera célébrée, samedi six avril, à dix heures en l'église Saint Jean-Baptiste de Megève. A eux tous je fais part de mon émotion et de ma sympathie.

Du 27 au 30 mars, 1500 jeunes skieurs, U12 et U14, se sont retrouvés à l'Alpe d'Huez pour participer aux dix-neuvièmes Coq d'or. Après les éliminatoires, 32 d'entre eux, dans chaque catégorie, sont qualifiés pour participer au slalom parallèle de la grande finale et 150, également dans chaque catégorie, à la petite finale, coupe ESF. Corentin Lorin, U14, s'est classé quatrième dans la grande finale, notre photographie; Ludivine Rey, U14, a été éliminée en huitième de grande finale et Mélina Ansanay-alex, U12, s'est classée quinzième de la petite finale.
mercredi 3 avril 2013

Un type est chez son coiffeur. Il dit qu'il va partir en Italie. Le coiffeur essaye de l'en dissuader: l'Italie, c'est nul, on y mange mal, on se fait voler, etc. Le client insiste: D'ailleurs, je verrai le Pape! Le coiffeur n'est pas convaincu et continue à critiquer cette idée. Un mois plus tard, le client revient. Alors, ce voyage en Italie, vous l'avez fait? Oui, j'ai même parlé au Pape! Non, il vous a parlé? Oui, on était en groupe, à genoux et au moment où j'allais baiser l'anneau papal, il m'a demandé: Mon pauvre ami, mais quel est le c.. qui vous a fait une coupe pareille?
mardi 2 avril 2013
Georges Bernanos a écrit :
On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure.
Je pense souvent à cette phrase. Effectivement, la vie contemporaine, en tout cas la mienne, me semble organisée, structurée pour m’empêcher de penser. Je n’aime pas généraliser, mais je le fais quand même, faute de mieux.
La vie est organisée pour empêcher de penser. Plus spécifiquement, d’écrire, de regarder, de lire.
Quels sont les symptômes ?
Incapacité à écrire. Evidemment, j’écris dans le cadre de mon boulot, j’écris des E-mails, des documents. Plus précisément je produis. Je suis payé pour ça. C’est ma vie. Mais, à côté de cela, je viens de laisser filer un mois sans quasiment rien écrire sur ce blog. C’est la pente naturelle. C’est facile. C’est tellement facile. C’est un soulagement. C’est la fatigue qui impose sa loi — et derrière la fatigue, tout le reste de la vie. Et c’est ainsi que j’ai attendu des années avant d’essayer de me lancer dans ce blog.
Incapacité à regarder un film. Ca doit faire quatre ans que je ne suis pas allé au cinéma. Et je n’arrive pas à me souvenir d’avoir regardé un film chez moi, d’une traite, sans rien faire d’autre en parallèle, sans être interrompu par quoi que ce soit, depuis Inception il y a presque exactement deux ans (donc 2011, soit deux ans après la sortie du film en salle). Me poser deux heures devant un film, sans rien faire d’autre, sans aucune autre interaction, c’est quelque chose qui me dépasse.
Incapacité à lire. Plus précisément, incapacité structurelle à lire un livre. Un livre. De la première à la dernière page. Certes, je lis, je lis pour mon activité professionnelle, et je lis aussi en dehors de mon activité professionnelle. Mais je ne lis des bouts de textes, des articles, des tweets, je lis énormément même, mais je n’arrive plus à trouver le temps de lire un livre. Dispersion. Distraction.
Pendant le trimestre écoulé, j’en ai certes lu un, lentement, par tous petits bouts, sur mon Kindle. « La Théorie de l’Information », d’Aurélien Bellanger. Un seul livre en un trimestre. Il faudra d’ailleurs que je parle ici, dans un autre billet. Un seul livre en un trimestre. C’est peut-être supérieur à la moyennne nationale. C’est peut-être ma moyenne depuis des années. Ca me semble dérisoire.
Il y a aussi les magazines. En papier. Un magazine est comme un livre, nominalement il est fait pour être lu de la première à la dernière page. J’ai encore quelques abonnements, dont un hebdomadaire. La pile s’accumule près de ma table de nuit. Elle me fait honte. Je feuillete parfois. Je lis des bribes. Quand j’ai le temps. Quand j’ai l’énergie. Mais je passe à côté de la plus grande partie.
Pendant les vacances, je me suis forcé à aller au marchand de journaux de la station de ski. Il y a dix ans, je serai passé en un tel lieu absolument tous les jours, j’en aurai ramené des journaux et des magazines tous les jours. Là, un magazine en une semaine. Un seul. Difficilement choisi. Facile à lire. « Science & Vie » Nostalgie et facilité. Je l’ai acheté, ramené, feuilleté, posé dans un coin. Je l’ai à peine ouvert. Pas le temps. Pas d’occasion. La femme, les enfants, la pile d’hebdomadaires en retard amenée avec moi, le Kindle, l’iPhone, le wifi, Twitter. Etc. Sans compter la douce fatigue d’une belle journée de ski. De retour à la maison, le « Science & Vie » a rejoint les autres sur la pile, près de la table de nuit. Je savais avant même de l’acheter que je n’y arriverai probablement pas.
La difficulté, je l’ai déjà dit, c’est de trouver du temps. Les Américains ont l’expression « quality time ». Du temps de qualité. Du temps qui permet de parler à ses proches, d’échanger. Du temps qui permet de lire ou de se détendre. Du temps à soi, pour soi. La vie contemporaine est un découpage permanent, le temps est passé au hachoir. Le « quality time » est de plus en plus rare.
J’ai entendu l’autre jour une théorie expliquant pourquoi, dans la cuisine orientale, la viande est le plus souvent découpée en tout petits morceaux, par opposition à la cuisine occidentale. Pourquoi ? Parce que cuire des petits morceaux consomme moins d’énergie que cuire des petits morceaux. Il y a un principe d’économie d’énergie à l’oeuvre. Evidemment, c’est caricatural, mais l’argument thermodynamique est intéressant.
De la même manière, le temps découpé en petits morceaux est plus facilement … stérilisé ? digéré ? neutralisé ? Si on admet donc que la vie contemporaine est cette conspiration pour empêcher de penser, alors oui, le hachage du temps en fait partie. Ca permet de neutraliser le temps. Le temps en morceaux est plus difficile à utiliser pour la pensée.
Mais on doit pouvoir s’adapter et dépasser cette contrainte.
Bonne nuit.                                                                                            Pour allez vers le blog d'origine.
http://livresanciens-tarascon.blogspot.fr/2011/11/alphonse-de-lamartine-edite-par.html

"Il est un homme dans chaque paroisse qui n'a point de famille, mais qui est de la famille de tout le monde; qu'on appelle comme témoin, comme conseil, ou comme agent dans tous les actes les plus solennels de la vie civile; sans lequel on ne peut naître ni mourir, qui prend l'homme au sein de sa mère, et ne le laisse qu'à la tombe, qui bénit ou consacre le berceau, la couche conjugale, le lit de mort et le cercueil ; un homme que les petits enfants s'accoutument à aimer, à vénérer et à craindre ; que les inconnus mêmes appellent mon père ; aux pieds duquel les chrétiens vont répandre leurs aveux les plus intimes, leurs larmes les plus secrètes ; un homme qui est le consolateur par état de toutes les misères de l'âme et du corps, l'intermédiaire obligé de la richesse et de l'indigence, qui voit le pauvre et le riche frapper tour à tour à sa porte : Le riche pour y verser l'aumône secrète, le pauvre pour la recevoir sans rougir ; qui, n'étant d'aucun rang social, tient également à toutes les classes : Aux classes inférieures, par la vie pauvre, et souvent pas l'humilité de la naissance ; aux classes élevées, par l'éducation, la science et l'élévation de sentiments qu'une religion philanthropique inspire et commande ; un homme enfin qui sait tout, qui a le droit de tout dire, et dont la parole tombe de haut sur les intelligences et sur les cœurs avec l'autorité d'une mission divine et l'empire d'une foi toute faite ! Cet homme, c'est le curé…"
Le 18 août prochain, se déroulera dans notre village la Fête de la cloche au cours de laquelle seront coulées les deux cloches appelées à compléter le carillon. Le président de la République, François Hollande, a annoncé sa venue, à cloche-pied, et sa participation à cet événement où il sera invité à se taper la cloche au buffet prévu et ainsi ragaillardi, il pourra, à son tour, devant les problèmes qui l'assaillent, fondre la cloche ce qui est mieux que de rester penaud comme un fondeur de cloches !