Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog


Texte et clichés de Christian Cocahard.

Nous étions une quinzaine pour démarrer du col de la Madeleine en Haute Maurienne à proximité du village de Bessans. ​Donc départ à la Chapelle Saint Laurent en direction de Côte Plane par un sentier très beau mais raide. En arrivant au lieu dit la Fesse d'en Bas, chamois et marmottes nous ont accompagnés à la grande joie de Maïka qui néanmoins n'est pas partie à la chasse. En arrivant à l'ancien village de la Fesse du Milieu comme le groupe était très en forme j'ai décidé de rajouter une variante en montée ce qui est rare dans ce sens, et nous nous sommes donc dirigés vers la Crête des Rochers de la Fesse en passant au Mont du même nom avant de descendre en direction du Refuge de Vallonbrun . Arrivés au refuge, nous sommes installés pour prendre notre repas et déguster la célèbre tarte aux myrtilles de la gardienne du refuge. Après ce moment de convivialité, sous un soleil chaud mais quelque peu refroidi par un petit vent frais mais fort agréable. La descente par les Erelles, le Mollard tout en longeant la limite du parc national de la Vanoise. La pente devenait de plus en plus raide en arrivant au Goteil et heureusement au lieu dit les Sétives, les gardiens du parc avaient aménagé quelques escaliers de bois et de pierre pour nous permettre d'atteindre le village du Collet en toute sécurité. Tout le long du parcours nous avons admiré de nombreux chalets d'alpages restaurés avec des toits de Lauzes magnifiques. Cette Haute Maurienne est vraiment de toute beauté. Pour terminer notre randonnée les chauffeurs ont été rechercher les voitures qui étaient 2 km en aval de notre point d'arrivée. Quant à Maïka la chaleur a eu raison d'elle et c'est complètement "crevée" qu'elle s'est endormie dans la voiture. Petit verre de fin de randonnée dans un bar de Val Cenis où nous avons été reçu par un personnage fort antipathique qui n'était pas à l'image de cette belle Maurienne.








dimanche 23 juin 2019
Alexandra Mermier présente la soirée.

Le gospel est un chant populaire religieux, accompagné musicalement, né dans la communauté noire des États-Unis au début du XXe siècle. Samedi soir, 22 juin, ces chants prenants se sont élevés sous les voûtes de l'église de Saint-Nicolas-la-Chapelle et ont captivé  le public venu en nombre à l'invitation de l'Association des Parents d’Élèves du village. Les chanteuses, les instrumentistes, trombone, banjo, clarinette et/ou contrebasse, du Gospel Soleil, sous la direction de Bissa Bienvenu, également remarquée soliste, ont conquis les auditeurs qui ont conclu la rencontre par une belle et vibrante ovation debout, un hommage très mérité.

Bissa Bienvenu.





J'ai tout récemment découvert dans la revue, Arts Sacrés, un article du frère Maxime Goldmund, sur les croix de consécration. Je les ai rechercher dans l'église de Saint-Nicolas-la-Chapelle, en vain, certainement effacées lors d'une restauration. Et, hier, à Chaucisse, parmi toutes les croix de Saint Maurice, saint patron du duché de Savoie, qui couvrent les murs, je remarque quelques croix différentes, quatre sur chaque mur, les croix de consécration étant au nombre de douze, où sont les quatre manquantes ? Sur les piliers, eux aussi au nombre de quatre. Elles sont donc bien là, symbolisant les apôtres, piliers de l’Église, autour du Christ, symbolisé par l'autel. Lors de la cérémonie de consécration de l'église, elles sont ointes, comme l'autel, de saint chrême par l'évêque.  

( En dehors de cet usage, cette huile parfumée consacrée  est réservée aux rites les plus sacrés de l’Église, qui ordonnent les  chrétiens  à la célébration de la liturgie: le baptême, la confirmation et l'ordination des prêtres et des évêques. On peut s'étonner qu'un rite de si haute signification  pour " faire " des chrétiens soit aussi appliqué à des pierres. De même que l'onction des saint chrême ordonne le chrétien au sacerdoce, baptismal ou ministériel,  de même elle rend apte une église , une architecture de pierres sauvages, à servir pour le culte, c'est à dire à rendre visible le mystère de l’Église: l'assemblée des Pierres vivantes.  Cette métaphore à double sens, qui lie l'église de pierre, bâtiment, à L’Église de Pierres vivantes, les chrétiens, se fonde sur un texte du Nouveau Testament, la première lettre de Pierre: " Vous aussi, comme des pierres vivantes, vous êtes édifiés en une maison habitée par l'Esprit, pour constituer une sainte communauté sacerdotale. " 1 P 2,5. ) Frère Maxime Goldmund.



 Daniel Étienne, le conférencier.

 Les carillonneurs.


Ce samedi 22 juin, pour la première fois Chaucisse a participé à la Journée du Patrimoine de Pays et des Moulins. Malgré le temps maussade, une quarantaine de personnes avaient fait le déplacement. Deux présentations de l'église St François de Sales ont transporté les visiteurs dans un passé chargé d'histoire, à une époque où de nombreuses familles vivaient toute l'année dans ce hameau isolé de St Nicolas La Chapelle pendant les longues périodes d'hiver. Une belle surprise : quatre sonneurs de cloches venus de Suisse et de Côte d'Or, ont partagé leur passion et leur connaissance sur les quatre cloches de l'église: Joachime, Marie- Françoise, Salesienne et Alexandrine. Le vallon de Chaucisse a résonné aux sons de ces cloches lancées à toute volée. Les organisateurs ont remercié chaleureusement le  conférencier Daniel Étienne et les sonneurs Mike Mevs, Dominique Ferton, Aurélien Surugues et Antoine Cordoba.

Croix de consécration de l'église.

Lors de la deuxième journée, c'est Huguette Hug, qui a assuré les quatre visites de l'église Saint-François-de-Sales. Clichés ci-dessous de Ghislaine Joly.



Pour ce deuxième jour des JPPM quatre groupes ont eu le plaisir d'écouter l'histoire de l'église St François de Sales. Des gens de passage ont apprécié la qualité de la prestation. Des nouveaux Chaucerands ont découvert leur hameau avec surprise. Pour les gens du pays la généalogie en fin de journée a pris une place importante. Cette belle journée restera gravée dans la mémoire des petits et des grands. Merci à l'association Avenir de Chaucisse