Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

A la pause fromage, au chalet de la Barme.

Ce dimanche, l'APAF, Association Pour l'Animation de Flumet et le club de pétanque local avaient convié à participer à une balade gourmande. Cinquante personnes ont répondu à l'invitation et ont sillonné les Envers de Flumet. C'est que les différends plats n'étaient pas tous proposés à la même table. Après l'apéritif au bar du Randonneur, quelques centaines de mètres devaient être parcourus pour atteindre les entrées, de même pour pouvoir déguster le plat de résistance puis nouvelle étape pour mériter sa part de fromage, agrémentée en pleine montée du trou normand version genépi et enfin rejoindre le point de départ pour savourer dessert et café. Ces intermèdes pédestres, apéritifs et digestifs à la fois, ont fait toute l'originalité de cette animation appréciée par les participants.

Ce dimanche matin, 20 mai, une montée en alpage a rassemblé les trente et une vaches de Vincent Balmand et une cinquantaine de personnes, un nombre de circonstance, cette emmontagnure partagée étant organisée dans le cadre du cinquantenaire de l'AOP, Appellation d'Origine Protégée, attribuée au Beaufort. Bêtes et gens ont, à l'exemple des jeunes Baptiste et Quentin, fiers d'assister leur père, gravi d'un pas soutenu le dénivelé de plus de 500 mètres entre la ferme des Vernaz et l'alpage des Esselières. A l'arrivée une jeune herbe, rare et tendre, mais le dicton local dit qu'il vaut mieux que les vaches attendent l'herbe que le contraire, régalait les vaches. Les humains eux ont pu apprécier boissons savoyardes, saucisson fumé et Beaufort ! Un moment durant lequel l'éleveur et ses aides, Augustin, son employé et Jérôme, autre jeune agriculteur du village ont pu échanger avec les montagnards d'un jour. Et entre le repas tiré des sacs et la traite une autre rencontre a réuni l'éleveur, Eric Maimbourg, affineur et Élodie Curt-Comte, guide du patrimoine, pour satisfaire la curiosité et l’intérêt du public venu s'immerger dans la vie alpestre.