Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

De plus en plus, le Dauphiné libéré, quotidien régional dont je suis le correspondant local pour Flumet et Saint-Nicolas-la-Chapelle, nous demande de limiter nos papiers, en textes et en clichés et c'est particulièrement vrai depuis quelques semaines. Et depuis quelque temps je ne rédige, pour rendre compte des cérémonies du 8 mai et 11 novembre qu'un seul texte accompagné de deux photographies, une pour chaque commune et cela a bien fonctionné jusqu'à présent. En effet, c'est la même fanfare qui participe, ce sont des pompiers du même centre de secours, ce sont les mêmes messages qui sont lus. En précisant les particularités de chaque manifestation et les fonctions de chaque intervenant, chacun y trouvait son compte, à commencer par le Dauphiné libéré  et aucun lecteur ne me l'a reproché, tant à Flumet qu'à Saint-Nicolas-la-Chapelle. Pour ce 11 novembre dernier, le journal nous avait demandé d'envoyer nos articles avant 17 heures, je l'ai fait à 11 heures 41, avant même de déjeuner. Dans les éditions du lundi 12 et du mardi 13, mon papier ne figurait pas. Il n'a été publié que le mercredi 14 et avec une seule photographie. J'ai manifesté mon désappointement auprès de la rédaction d'Albertville.






Bonsoir. Je suis déçu, et les Colatains de même, mon papier n'a été accompagné que de la photo de Flumet. J'avais annoncé par écrit que j'envoyai un article commun et deux clichés, ce que je fais depuis plusieurs années. Cela m'évite d'écrire deux articles presque similaires et cela gagne de la place ! Pouvez-vous publier le cliché concernant Saint-Nicolas avec une légende, merci. E B-F

La réponse de la rédaction est sans appel:






Bonjour, Malheureusement, nous avons dû faire ce choix, non sans peine, par manque de place. Il est trop tard pour publier de nouveaux 11-Novembre. Bien cordialement,
Ma réponse.


Donc, l'année prochaine, si je suis encore correspondant, j'écrirais deux articles. E B-F
Dans un souci d'information, j'ai transféré la correspondance ci-dessus au dépositaire du Dauphiné libéré à Saint-Nicolas-la-Chapelle et à la mairie de Saint-Nicolas-la-Chapelle.  Voici la réaction de Georges Meunier:

Bonjour Edmond ; Voilà ce que c’est : de vouloir fusionner les communes en lieu et place des élus . . . ! D’une pierre deux coups = ça ne marche malheureusement pas à tous les coups . . . ! Nous savions BIEN TOUS que ton cœur est à Flumet depuis mars 2014. Cordialement, Georges Meunier.

A Georges Meunier. 

Ta réponse ne me surprend pas, en dehors du sujet, comme souvent. J'ai exposé une déconvenue dans l’exercice de ma fonction de correspondant et en ai fait part aux principaux intéressés dans un souci d'information. Ce que tu n'as pas voulu comprendre, me donner une leçon de journalisme, ce qui n'est pas de ta compétence et enfin afficher une méconnaissance totale de mes intentions et positions. Comme exposé précédemment, j'ai écrit un article commun à deux villages, je n'ai pas fusionné deux communes, ce n'est pas dans mon pouvoir et je peux signaler que je suis opposé aux fusions, mais ce n'est pas le sujet de ce mot. Quant à la place de mon cœur, elle est bien, avant tout, à Saint-Nicolas-la-Chapelle, qui ne se résume pas à quelques élus. E B-F

Georges MEUNIER




À moi
Bonsoir Edmond ;

Rien de nouveau sous le soleil : je vois que tu confonds toujours tout !
Je te réponds à ton mail adressé en Mairie, avec mon adresse mail personnelle de la Mairie.
Tu te permets de me répondre en lettre ouverte dans ton ‘’face de bouc’’ avec un texte d’une page entière pour te justifier.

Edmond : évite de cumuler les erreurs et tu passera moins de temps à te justifier, tu gagnera de ce temps précieux qui file trop vite.
Tu vois par exemple, nous (le conseil) nous n’aurons pas assez de temps pour faire tout ce que nous souhaiterions faire dans le village.
Car dans la société ils y a les bâtisseurs, et les parleurs qui laissent leur patrimoine à l’abandon !
La cigale et la fourmi de Jean de La Fontaine : tu connais ?

Aller sans rancune, à bientôt pour la prochaine photo, même sans texte, on ne t’en voudra pas…   

Je te laisse le dernier mot, mes lecteurs se feront leur opinion. E B-F

Cet article est un peu confus et en-dehors de toutes les règles typographiques, cela est dû aux nombreux copier-coller.

 J'ai bien reçu le commentaire " d'un fils d'une société fondamentalement épuisée " mais je ne peux pas le publier dans l'état. Il serait bien de supprimer la première partie de la cinquième ligne de Au à personnellement, merci.