Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Élus locaux et officiers pendant l'allocution du lieutenant Michel Ouvrier-Buffet, chef de entre.

Ce vendredi soir, à 19 heures, se déroulaient les présentations  des  vœux, au Centre de secours du Val d'Arly à Saint-Nicolas-la-Chapelle et de la municipalité de Flumet à la salle polyvalente de cette commune. A l'issue de cette dernière, Marie-Pierre Ouvrier, maire, a annoncé sa candidature à un nouveau mandat, accompagnée par une partie de son équipe  qui sera rejointe par de nouvelles personnes.
D'autres clichés et des textes prochainement. 

 Marie-Pierre Ouvrier.

Ce vendredi 17 janvier, de nombreux habitants avaient répondu à l'invitation de Marie-Pierre Ouvrier, qui entourée des membres du conseil municipal a présenté ses vœux à la population. Ce fut également l'occasion de remercier tous ceux qui participent à la vie du village, élus, personnel communal, enseignantes et leurs collaboratrices, bénévoles des associations. Elle a évoqué avec émotion la disparition du Père Jean Duval, unanimement estimé et accueilli le Père Daniel Bouchet, qui en résidence  Flumet, vient de rejoindre la paroisse Sainte-Anne d'Arly-Montjoie. Abordant le bilan de l'année écoulée, elle a mis en avant l’aménagement très réussi de la place des Trois-Rois et avenue du Lac, d'autres réalisations moins importantes et moins visibles mais qui contribuent à un meilleur quotidien et fait le point sur l'avancement du projet qui sera au cœur des prochaines, le front de neige aux Evettes. Enfin, moment attendu, elle a rappelé que des élections auraient lieu en mars prochain et qu'elle y serait à présente avec une partie de son équipe et de nouvelles personnes, pour solliciter les suffrages et la confiance des Flumeranes et Flumerans.












Je vous invite à découvrir ce très beau et sensible témoignage sur le Père Jean Duval. Dans un premier temps, il avait été adressé à une personne très proche de notre défunt pasteur. Aujourd'hui, l'auteur de ces lignes m'invite à les partager avec mes lecteurs. Vous ne pourrez qu'y adhérer, de tout cœur.
Décès du Père Duval







" Chère Madame,

Votre message m'a véritablement plongé dans une immense peine.

Tout cet après midi, j'ai remué dans ma tête et dans mon cœur le souvenir ému du Père Duval.

Je suis en Angleterre chez ma fille pour des missions de Nounou.

La semaine dernière je suis allé quatre jours à Notre Dame de Bellecombe avec mon épouse et deux autres de nos petits enfants.

J’ai eu à cette occasion, à l’entrée de l’Église de Notre Dame de Bellecombe, des nouvelles du Père Duval, que j’avais crues rassurantes.

Et nous sommes allés avec mes deux petits enfants jumeaux allumer des lumignons au pied de la statue de la Sainte Vierge, que le Père Duval vénérait tant ! Il aimait beaucoup la petite statue qui se trouve dans la sacristie de l’église Saint Théodule de Flumet.

Rassuré et confiant sur son état de santé, et par ailleurs n’ayant pas eu le temps d’aller le saluer à Flumet, j’avais reporté cette visite à des temps prochains…

Combien cela me bouleverse !

J’étais vraiment très attaché à ce grand Monsieur et le demeure à sa mémoire. 



Bien sûr je n’ai aucune inquiétude pour le Salut de son Âme et me rends compte que je suis triste alors que lui ne l’était absolument pas et ne l’est assurément pas plus à présent.

Il m’avait dit, l’été dernier, qu'il était prêt. 

Prêt à rejoindre Celui qu’il avait si magistralement servi. 

          “Notre cœur est sans repos, tant qu’il ne repose pas dans le Seigneur.” dit Saint Augustin.



À ce que je voulais être des encouragements pour recouvrer la santé, en lui disant qu’il avait raison de se battre, il me répondait malicieux et lucide : “oui, mais me battre contre qui ? “



J’ai déjà la nostalgie un peu égoïste des moments, délicieux et toujours riches, passés avec lui:



- Les Homélies ! si puissantes qu’elles nous donnaient matière à réflexion pour la semaine; ces homélies qui nous invitaient à lire et à relire les Textes; ces homélies dans lesquelles il savait si bien, dès les premières minutes, nous secouer les puces, gentiment, pudiquement… pour nous amener à réfléchir, à nous questionner et à faire et refaire toujours un examen de conscience, un point sur la situation, les circonstances, et en se plaçant lui même délibérément et humblement à nos cotés pour pratiquer inlassablement ce même exercice.



- les discussions en tête à tête : Saint Augustin, dont la statue se dresse dans le choeur de l’église, était à  l’origine de notre rencontre, lorsque, à l’issue de la messe il y a quelques années, j’étais allé le saluer et le remercier d’une citation de ce grand Saint que j’admire entre tous. Lorsqu’on se croisait, à la fin des messes, il m’appelait avec son petit sourire, "Saint Augustin" ! 

Une affinité durable. Des échanges nombreux. Pour moi, des travaux de recherche féconds. Puis des retours et des prolongements. Parfois un simple mot ou seulement quelque extrait d’une citation en français ou en latin, et nous voilà partis sur les chemins de la Pensée…

Et moi, je m'en retournais, heureux, réconforté, réchauffé au feu de ces pensées magistrales des Grands Hommes, mon Panthéon personnel.  



Saint Augustin :

          * Il ne suffit pas d’être sur le bon chemin, encore faut-il ne pas y rester assis.

          * Crois et tu comprendras ; la foi précède, l’intelligence suit.

          * La mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure.

          * On peut être cruel en pardonnant et miséricordieux en punissant.



Et cette autre citation que je médite depuis plus de vingt ans, découverte chez un autres prêtre alors à la retraite, celui qui avait été mon Père Préfet de discipline au Collège et qu’à ce titre là j’ai beaucoup fréquenté et qui, sans rancune, nous a mariés Eliane et moi : 

          * Dieu s’est fait homme afin que, marchant à la suite d’un homme, ce que nous pouvons, 

            nous arrivions jusqu’à Dieu, ce que nous ne pouvions pas.



- Jean Sébastien Bach, qu’il connaissait si bien et dont ils écoutait dans les derniers temps comme auparavant sans doute, les cantates, me conseillant celle ci ou celle là, en fin connaisseur et en amateur raffiné. Nous étions d’accord : tout en haut, les Cantates et les Passions ! 

Je lui ai prêté un bouquin d’André Tubeuf, Bach ou le meilleur des mondes, qu’il avait lu. Il m’avait invité à passer le rechercher.

Qu’il l’emmène avec lui, là haut, auprès de Celui que Bach a lui aussi si bien servi !  Au point de faire dire à un Cioran, agnostique et athée : 

          S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu.”



- Lucien Jerphagnon, érudit plein d’humour qui avait préfacé Saint Augustin dans la Pléiade mais aussi écrit un petit bouquin La Sottise, qui l’amusait beaucoup…

Lucien Jerphagnon, historien des philosophies qui disait de façon facétieuse :

            “Les Confessions de Saint Augustin, c’est :  Mais qu'est ce que j'ai fait au bon Dieu, pour qu'il m'aime à ce point, quoi, merde ?" enfin,   c’est dit autrement, mais c’est ça."



Adieu, À Dieu, Père Duval.

                 * Les morts sont des invisibles. Ils ne sont pas absents.  Saint Augustin. "





Dominique Babary. Notre Dame de Bellecombe.


Bach, c'est ci-dessous, en cliquant.




Le planning des messes a été modifié. 








 















Les enveloppes destinées à recevoir votre participation au 
Denier de l’Église sont à votre disposition à l'entrée de vos églises.