Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Une nouvelle fois, la palette d'activités proposée par Vivre en Val d'Arly est riche et variée. Elle comporte des ateliers artistiques, patchwork ou  musicaux avec Chant'Arly. Pour les enfants et les ados, sont annoncés: boxe, danse modern jazz et pour les sportifs : yoga, sophrologie, boxe, gym fizz et gym. Un atelier d'anglais s'adresse aux ados et adultes. Des formations, utilisation du défibrillateur et préparation au BAFA sont également au catalogue. L'accueil de loisirs, Lou Croué, sera ouvert du 8 juillet au 30 août et recherche des animateurs. Les ateliers à succès reviennent sur scène, piano, chant, guitare, porcelaine froide, gym douce et anglais débutant. Les mercredis découverte invitent à l'escalade, à la percussion et à la batterie et à la récréation en famille. Les jeunes pourront aussi préparer leurs examens, s'accrocher aux branches et se retrouver autour d'un barbecue. Les plus anciens pourront eux, cultiver leur mémoire, s'initier à l'informatique, s'exprimer par l'écriture et s'adonner à la proprioception. Des journées seront consacrées au yoga et au développement personnel. VVA peut aussi aider les associations locales soit au niveau administratif soit par le prêt de matériel et met à disposition du public son espace multimédia et elle est aussi, maison de services au public, pour contacter, CAF, MSA, CPAM, Pôle emploi, Mission locale jeunes, ANTS, et propose offres d'emploi et de logement et des accompagnements personnalisés. Enfin trois temps forts marqueront les prochaines semaines, le 27 mai, l’inauguration des nouveaux locaux, avenue du Lac à Flumet; le 7 juin, l'assemblée générale à l'OT de Flumet et le 22 juin, VVA en fête à la salle polyvalente de Flumet. Pour plus d'informations, pour vous inscrire aux activités, contactez le 04 79 31 80 04 ou adressez un courriel à: vivreenvaldarly@gmail.com

C'est sous l'Occupation que Lanza del Vasto se prit d'amour pour Notre-Dame. Logé dans une mansarde sur l'île de la Cité, il allait presque chaque jour, le ventre vide, s'y rassasier de lumière, Et c'est là que montèrent en lui, comme dictées par une puissante inspiration, les strophes d'un poème entièrement dédié à la résurrection de la chair.
Impossible d'en faire ici le commentaire détaillé. Mais à l'heure où notre pays pleure le plus célèbre de ses monuments religieux, nous voulons lui rendre hommage à travers ce poème extraordinaire. Le premier et le dernier vers, en particulier, sont comme une prophétie de l'événement tragique qui vient de nous frapper.
Daniel Vigne

LE VITRAIL

Nous verrons brûler l’être et l’apparence tels
Que leur étreinte brûle en cette rose ronde,
Quand morts et revêtus de nos corps immortels
Nous remonterons blancs comme un prêtre à l’autel
Les degrés de ce monde.

Quand nos corps décantés, nos corps de verre
Frappés de ciel et de splendeur sévère
Trahiront la couleur dont notre âme est chargée,
Quand nous verrons la vie en un cercle figée,
Et la matière hors d’elle-même sortie,
Et la terre allégée
Comme le pain transparent d’une hostie,

Quand le vide se peuplera de ponts et d’ailes,
Quand nous déchiffrerons le vol de l’hirondelle,
Quand nous saurons par cœur la mer, verbe de marbre,
Et quels longs souvenirs persuadent les arbres
De mener, par d’ambigus rameaux, jusqu’au bout,
Vers l’impassible ciel leurs fleurs fidèles,
Quand nous saurons pourquoi les saints poussent debout
Selon la loi des blés et la ligne des lis,
Et ce qui lie
Les vierges folles aux filets de leur folie,
Quand s’illuminera toute similitude
Comme lumière prise aux rayons de la pluie,
Comme l’étoile à la nuit se dénude,

Quand nous aurons le chat, le serpent et l’ibis,
Comment les rocs profonds méditent leurs rubis,
Ce que cherche le porc dans l’entonnoir du groin,
Et le jour que la limace crée avec sa bave,
Quand se détacheront, colombes dans le loin,
Du bord du dernier ciel des spirales, des cônes,
Trois triangles, un cube et deux dodécagones,
Pour choir et se résoudre en musiques suaves,

Quand tous nos pas portés çà et là, et leur route
Soudée derrière nous par le plomb de l’oubli
Se dresseront soudain dans nos yeux avec toutes
Nos tristesses, tous nos désirs et tous nos doutes
Perdus, et l’entrelacs des actes accomplis,

Quand nous saurons pourquoi notre destin
Fut coupé par un autre, ou le coupe,
D’où vint le vin qui réjouit nos coupes,
Miracle inaperçu dans le bruit du festin,

Que le joug qui nous courbe le cou,
Que l’erreur qui nous roula si loin,
Que les deuils endurés coup sur coup
Ouvraient un trèfle et le bouclaient à point,

Quand s’épanouira notre passé
Lumineux de douleur et brodé de désastres,
Quoiqu’un rire distrait, au centre, l’ait cassé,

Quand notre esprit saura, comme ce vitrail sait,
Pourquoi l’éternité tourne en usant les astres,
Pourquoi Dieu, débordant de sa forme parfaite,
A fait ce monde et voulu nos défaites.

LANZA DEL VASTO, Le Chiffre des choses, Paris, Denoël, 1942

Offert par mon ami André Lombard.