Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

dimanche 29 juin 2014

 
La salle polyvalente de Notre Dame de Bellecombe, a, jeudi 26 juin, abrité l’assemblée générale de l'ADMR, Aide à Domicile en Milieu Rural, du Val d'Arly. Les participants, responsables fédéraux, élus municipaux et communautaires, aides à domiciles, personnes aidées ou familles et bénévoles de l'association ont été accueillis par Philippe Mollier, maire de la station-village. La présidente Jacqueline Duffet l'a remercié de son hospitalité et remercié également la COM'ARLY pour ses subvention. En prélude au débat elle a retracé l'histoire de l'association qui cette année fête ses trente ans. Trois présidents se sont succédés, Bernard Marin-Lamellet, de la création à 1995; Lucien Dufour, de 1995 à 2009 et Jacqueline Duffet. Louis Mollier est le fidèle vice-président depuis les premiers jours et a assuré l'intérim en 2009. Quatre personnes ont occupé la secrétariat, Anne-Marie Dumax, Renée Sallansonnet, Marie-France Bouchex et actuellement, Edmond Burnet-Fauchez. Au poste de trésorier, Arlette Rey, 1983*-1998; Jacqueline Duffet, 1998-2008; Franceline Bibollet, 2008-2009 et depuis Lucien Dufour. Avant la création d'un poste de secrétaire administrative occupé par JosianeJoly, le plan de travail des aides à domicile était assuré par des bénévoles, Franceline Bibollet, 1983-2008; Jacqueline Duffet, 2008-2009 et Corinne Marin-Cudraz en 2009. En 1988, a été mis en place un service de portage de repas avec Anne-Marie Dumax puis avec Jean Rey et sa 2 CV!  L'ordre du jour officiel a été abordé avec le rapport d'activité présenté par la présidente et avec les interventions de Franck Lagarde-Mermet, directeur de la fédération départementale, Carlo Stizia, trésorier fédéral; Julia Cardinet et Marie-Paule Delhomme, cadres de proximité. L'ADMR du Val d'Arly est l'une des 37 associations savoyardes, elle mobilise neuf bénévoles, dix aides à domicile et une assistante technique au service de 89 bénéficiaires sur les six communes du Haut Val d'Arly. Près de 7459 heures d'interventions et 3572 repas livrés ont été comptés pour l'année 2013. Les dix emplois à temps partiel équivalent presque cinq emplois à temps complet. Au cours de cette même année les aides à domicile ont parcouru 33 435 kilomètres pour les seules interventions, il faut y ajouter les déplacements avec les bénéficiaires et ceux pour formation. Le rapport financier présenté par Lucien Dufour laisse apparaitre un solde positif de 1 728 euros pour l'année 2013 qui a vu le renouvellement du véhicule de portage de repas avec l'aide appréciée de la Fondation d'entreprise, Caisse d'épargne, Rhône-Alpes. Rechercher des nouveaux bénévoles et mettre en place le " document unique d'évaluation des risques professionnels ", une obligation, sont les deux priorités pour l'année en cours. Ces deux rapports, d'activité et financier, ont été approuvés à l'unanimité de l'assemblée. Même unanimité pour réélire, Louis Mollier et Béatrice Burnet-Merlin, sortants et élire, deux entrants, Georges Meunier, déjà coopté par le conseil d'administration et Marie-Christine Rossat-Mignod qui a déclaré sa candidature au cours de la soirée. La verrée traditionnelle concluant la manifestation a été accompagnée par le partage du gâteau aux trente bougies et tous ont souhaité longue vie à l'ADMR du Val d'Arly, qui continuera à surmonter les difficultés, les problèmes et les contraintes.

* Déclarée en octobre 1983 au JO, l'association n'a commencé à fonctionner qu'au printemps 1984.


Vendredi, après la classe, les enfants de l'école se sont retrouvés autour d'un goûter et d'une kermesse offerts par l'association de parents d'élèves. Les familles se sont ensuite installées dans la salle polyvalente, pour le spectacle de fin d'année.C'était l'occasion de présenter des extraits des travaux réalisés en classe cette année  sur le thème '' AU FIL DE L'EAU '' Pour les plus petits, des chansons et une prestationn en accro sport. Les GS, CP et CE1 ont présenté un conte, réalisé dans le cadre des interventions de la FRAPNA et de chansons. Chansons également pour les CE2 et CM.  et  tous les écoliers ont donné des comptines, en portugais et en russe, ce pour saluer l'arrivée dans l’établissement d'un élève portugais et d'un élève ukrainien. Pour ouvrir et clôturer le spectacle, deux extraits, en avant première, du projet inter-écoles, Choeur d'Arly show, un chant en ouverture et un final de percussions " corporel ". Une exposition des travaux artistiques des enfants et une présentation du travail mené avec la FRAPNA, complétaient heureusement cette manifestation qui s'est conclue autour d'un apéritif dinatoire organisé par l'association des parents d'élèves.



 Clichés, École de Flumet.

Dans la cadre de la " Fête de la montagne ", la coopérative laitière du Val d'Arly a proposé, samedi et dimanche, des animations et des visites guidées de son espace culturel.. Espace culturel qui est ouvert tous les jours et dont la visite libre est gratuite. Des visites guidées avec dégustation et projection d'un film, sont également au programme, pour en connaitre le calendrier et les tarifs, appeler le 04 79 31 70 90. Notre photographie, des présentations qui retiennent l'attention des jeunes.

La célébration de ce dimanche 29 juin a revêtu un caractère festif et juvénile avec la participation des collégiens de La Motte-Servolex et de Chambéry le Haut. Ils étaient trente et accompagnés par des responsables de l'aumônerie, ont animé la messe concélébrée par le Père Jean Duval et le Père Louis Duret, curé de la paroisse St François de Sales des Hauts de Chambéry. Avant de poursuivre leur journée d'activités à St Nicolas la Chapelle, les jeunes ont bien voulu durant une heure écouter la présentation de notre église, son histoire et ses richesses artistiques, par le guide local.




 Clichés de Monique Bof. Merci à elle.




Le Musée savoisien de Chambéry consacre une grande exposition aux musiciens savoyards. Cette exposition est largement redevable au Conseil général de la Haute-Savoie qui prête les témoignages, documents, instruments, enregistrements collectés par Jean-Marc Jacquier et récemment acquis par le Conservatoire d'Art et d'Histoire d'Annecy.
Les musiciens du Val d'Arly y sont bien représentés : le très beau portrait de René Joly au violon par Claude Batho, la diffusion de l'enregistrement du quadrille joué à La Dié en août 1964, et deux portraits de César Mongellaz à l'accordéon et des jumeaux Bonnaz chez eux à St-Nicolas la Chapelle.
Le catalogue de l'exposition reproduit aussi un portrait du luthier traditionnel d'Ugine né à Héry André Pringolliet (1914-2006). Le catalogue comporte un CD avec, entre autre, le quadrille de René Joly d'Héry-sur-Ugine (1906-1975).

Cette exposition est visible du 19 juin au 13 décembre 2014. Entrée libre. http://www.musee-savoisien.fr/


lundi 23 juin 2014
De gauche à droite, Jean-Louis Diman, Floriane Tarajat, Marie-José Joly et Patrick Saint-Pierre, organisateur du colloque.
A l'issue du colloque scientifique qui s'est déroulé du 19 au 23 juin dans les locaux des Balcons du Mont-Blanc, une rencontre conduite par Aurélie Pernollet a permis un échange croisé sur l'agriculture des Antilles françaises et l'agriculture dans nos montagnes. Jean-Louis Diman, agroéconomiste à l'INRA- Antilles Guyanne a présenté l'agriculture de la Martinique et de la Guadeloupe où 95 à 96 % des exploitations ont moins de dix hectares. La production est essentiellement végétale, canne à sucre, manioc, igname, bananes, agrumes et est exportée en grande partie. La production maraîchère et fruitière, elle est déficitaire et les deux DOM doivent importer pour assurer les besoins locaux. L'élevage est très marginal avec une méthode traditionnelle et ses fonctions, agro-économique, agro-écologique, culturelle ou religieuse, qui se maintient face une filière intensive. Trois acteurs de l'agriculture locale ont à leur tour partagé leur vécu. Ici, c'est l'élevage qui domine. Stéphane Bouchex, jeune exploitant, en GAEC avec plusieurs membres de sa famille, est producteur de reblochon fermier,  leur troupeau de laitières, de race Abondance, passe l'été en alpage, à Bogneuve. Une pratique qui a suscité la curiosité des insulaires, de même que les appellations, fermier ou laitier, qui précisent les conditions de fabrication de ce fromage qui bénéficie d'une AOC. Floriane Tarajat, elle, vient de débuter dans la fabrication de fromages de chèvres. Deux races, Savoie et Alpine, figurent dans son troupeau, elle a raconté son installation, les difficultés rencontrées, les contraintes administratives ou comptables. Enfin, Marie-José Joly, présidente de la Société d'élevage de la race mulassière en vallée d'Arly, a apporté la touche originale au tableau de notre agriculture montagnarde. En effet, cette société qui vient de fêter ses 120 ans, est l'une très rares qui existent en France. Dans sa ferme du Châtelet à Flumet, elle détient deux étalons, un cheval et un baudet du Poitou qui assurent aux propriétaires de juments, poulains ou mulets. A ce propos, les syndicats d'élevage mulassier de la région, œuvrent pour la reconnaissance d'une appellation, Mulets des Alpes. Les démarches sont en cours pour protéger cet animal au pied montagnard, autrefois utilisé par l'armée et aujourd'hui par les organisateurs de randonnées. Cette soirée qui a permis une première approche s'est conclue par une dégustation de produits antillais offerts par les intervenants ultramarins.
Vendredi 20 juin, Raphaël Cuttaz a été accompagné à sa dernière demeure par sa famille et par de nombreux colatains auxquels s'étaient joints ses amis des alentours et tout particulièrement de Faverges où il est né en 1964 et où il passe son enfance et son adolescence. Dès les premières années de sa vie active, CAP de pâtissier-chocolatier en poche, il s'installe dans le village et y acquières et rénove un chalet. C'est là que la maladie qui le harcele depuis des mois l'enlève à ses proches et à ses amis qui l'avaient entouré et soutenu lors des épreuves, chômage, maladie, qui s'enchainaient. Jeudi, le village lui adressé un bel adieu dans le souvenir de trente années de partage.
Celui qui entre par hasard


Celui qui entre par hasard dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles ont pouvoir sur lui
Que chaque nœud du bois renferme davantage
De cris d'oiseaux' que tout le cœur de la forêt
II suffit qu'une lampe pose son cou de femme
A la tombée du soir contre un angle verni
Pour délivrer soudain mille peuples d'abeilles
Et 1'odeur de pain frais des cerisiers fleuris
Car tel est le bonheur de cette solitude
Qu'une caresse toute plate de la main
Redonne à ces grands meubles noirs et taciturnes
La légèreté d'un arbre dans le matin.
Guy-René Cadou.

Hélène Cadou, la muse et l'épouse de l'un de mes poètes préférés et elle-même poète vient de le rejoindre sur l'autre rive, après soixante trois ans de séparation.

Dans la fenêtre
Le jour gagne
D'est en ouest
L'infini traverse la chambre
Plus jeune
D'avoir caressé les meubles
Il parle d'avenir
Sans faille
La mer dans son regard
Elle sort
Simplement
Pour vérifier le monde.
 
Hélène Cadou.
 
Le cœur du village, a hier samedi , en soirée ouvert sa rue et ses placettes aux musiciens avec des rythmes d'aujourd'hui ou d'ailleurs, place du Mont-Blanc et cour de l'école mais aussi d'ici, avec un trio local et improvisé pour l'occasion, André à l'harmonica, Jean à la flûte de Pan et Pierre à l'accordéon. Et le public pouvait aller d'un groupe à l'autre et les tables de bistrots occupant la rue, piétonne pour quelques heures, s'attarder, converser et se désaltérer.