Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Bertrand Lavoine au clavier du carillon.

Galerie de photos en appuyant ICI.
Des images ont été ajoutées.

La musique populaire a, à nouveau, envahit le cœur du village ce samedi 24 août. En prélude, Marie-Nicolarde, Marie-Thérèse, Marie-Louise, Jeanne-Angélique, Jeanne-Marie, Marie-Josephte, François-Jean et Gaston, ont sous le doigté de Patrick Saint-Pierre et Bertrand Lavoine donné un bel aperçu de leurs voix de bronze, entendues fort loin elles ont proclamé la fête ouverte. Les préaux de l'école ont ensuite accueilli une dizaine de musiciens du Val d'Arly qui avec leurs accordéons, diatonique et chromatique, violons et même contrebasse, ont animé cette après-midi festive consacrée à la musique des gens de l'Alpe et les gens d'ici, habitants et estivants étaient nombreux pour les écouter. Comme ils étaient aussi nombreux pour suivre la conférence de Jean-Luc Joseph sur la pratique musicale en Val d'Arly et la belle prestation vocale de Pascale Porcherot. A 18 heures, l'exposition thématique sur ce même thème fermait ses portes et la musique populaire allait passer le relais à Brahms et Ravel. Saint-Nicolas-la-Chapelle est devenu le village de la musique !

&

Ce même samedi, à 18 heures, la foule affluait en l'église Saint-Nicolas dont le chœur et le transept étaient occupés par les soixante musiciens du Chœur et Orchestres des Grandes Écoles, COGE, et le piano à queue  qui quelques instants plus tard allait, sous les mains de Vincent Mussat, captiver l'auditoire. Cette disposition a fait que le public et l'orchestre se trouvaient dans une intime proximité et semblaient ne faire qu'un. Et il n'ont fait qu'un autour du jeune pianiste, Vincent Mussat est né en 1994, soliste du Concerto en sol pour piano et orchestre de Maurice Ravel. Avec l'ensemble des musiciens sous la direction d'Aurélien Azan Zielinski, il a conquis le cœur des auditeurs. Disposition peu courante donc et entracte original aussi pour ce concert de clôture du Festi'Val d'Arly, le piano n'intervenant pas dans la deuxième partie, le public a pu assister à sa mise en position de voyage et à sa sortie de l'église sur un chariot conçu à cet usage. Le calme qui sied à la musique étant revenu, le romantisme de Brahms a pu s'exprimer, se développer et envahir la voûte de l'église, sa Symphonie N° 1 en ut mineur, a été interprétée avec vivacité et exigence par les jeunes musiciens, étudiants et quelques jeunes actifs, qui ont travaillé les deux pièces du programme lors de leur résidence d'une semaine à Saint-Nicolas-la-Chapelle et également sous la direction d'Aurélien Azan Zielinsky. Le Festi'Val d'Arly 2019, quinze concerts sur sept sites, s'est ainsi clos en beauté, fidèle à sa mission, offrir la meilleure musique et des interprètes de haut niveau à tous, par des concerts à entrée libre.
Patrick Saint-Pierre.

Edwige et Georges Bouchex-Bellomié et Jean-Luc Joseph.

Lucien Morand.

Pierre Bouchex-Bellomié.

Bertrand Lavoine, Pierre Bouchex-Bellomié, 
Cyril et Lucien Morand.

Jean-Luc Joseph.


Pascale Porcherot, chant.

Alto.

Vincent Mussat, pianiste et soliste du concert.

Aurélien Azan Zielinski, chef du COGE.


 Clichés de Jean-Luc Joseph pour l'entracte insolite.
lundi 26 août 2019


Un groupe d'une quinzaine pour ce périple en Haute Maurienne avec départ du hameau de l'Ecot sur la commune de Bonneval-sur-Arc. Nous démarrons donc du pont Saint- Clair pour prendre la direction du Plan des Roches par un sentier très agréable pour arriver au col des Evettes. Arrêt repas à cet endroit au milieu des fleurs et des sauterelles fort nombreuses à cette altitude. Nous repartons en direction du refuge des Evettes pour nous installer avant de repartir pour aller au lac des Evettes si particulier avec sa couleur verte. Pour cela nous passons une première fois sur le Pont Romain qui matérialise l'entrée dans le cirque des Evettes. Tout au long de cette ballade beaucoup de fleurs et surtout un panorama très beau. Ce tour terminé nous, retour au refuge pour y passer la nuit. Dimanche départ à 7 h 30 pour rejoindre le lac et le glacier du Grand Méan en passant sous le Mont Séti. Arrivés au sommet nous nous croyons en Patagonie ou en Islande car le glacier se jette dans le lac. Depuis mon dernier passage voila trois ou quatre ans le glacier a encore reculé et surtout perdu probablement plus de cinq mètres en épaisseur. Nous nous arrêtons une bonne heure pour permettre à chacun de faire un tour sur le glacier , à droite, à gauche pour voir ce très beau glacier et pour d'autres rencontrer quelques bouquetins. Nous décidons de prendre notre repas à cet endroit, avant d'attaquer la descente. Au retour de nouveau le Pont Romain avant de prendre la direction des gorges de la Reculaz et ses passages un peu scabreux équipés de câbles. Après quelques acrobaties nous voila au lieu dit La Trouna avant de rejoindre nos véhicules, fatigués mais heureux de cette belle étape en Haute-Maurienne . Arrêt au bar du Vieux Pont à Bonneval avant de prendre la direction du Val d'Arly.








dimanche 25 août 2019

Alors même que le Festi'Val d'Arly 2019 n'allait se clore que dans la nuit, les responsables et adhérents d'Art et Culture en Arly, se sont réunis en assemblée générale, en présence de Georges Meunier, maire de Saint-Nicolas-la-Chapelle, ce samedi 24 août pour tracer les grandes lignes de l'année 2020 qui s'ouvrira par un concert désormais traditionnel. L'exposition thématique sera certainement consacrée au travail du bois, ce en lien avec la rénovation du toit de l'église dont l'association est partie prenante. Le Festi'Val d'Arly 2020 fait déjà l'objet de recherches et de contacts pour établir un programme toujours de haut niveau qui fait du Val d'Arly un lieu où la musique de qualité est offerte à tous durant tout l'été par ses concerts, stages et académies. D'autres sujets ont été abordés comme les relations avec les partenaires, institutionnels ou associatifs. Auparavant, les rapports pour l'année 2018, le moral mettant en avant les 19 concerts donnés dans huit lieux différends et l'action solidaire avec les migrants afghans et le financier, celui-ci présentant un léger déficit de 1 446 euros, les charges s'élevant à 60 064 euros et les produits n'atteignant que 58 618 euros,  avaient été approuvés à l'unanimité des membres présents ou représentés qui ont aussi reconduit le bureau, composé de Patrick Saint-Pierre, président; Françoise Bonneville, vice-présidente; Xavier Fisson, secrétaire; Priscile Galvada-Naud, trésorière et Veronique Gerfaud-Valentin, trésorière-adjointe.



Les toiles sont décrochées et les artistes se sont donné rendez-vous pour l'an prochain. Ce vendredi 23 août, ils étaient réunis autour de Georges Meunier, maire et de Jean-Pierre Socquet-Juglard, organisateur, qui ont tiré les conclusions de cette douzième exposition artistique. Exposition qui connu une fréquentation en très légère hausse avec 799 visiteurs dont 180 le seul jour du 14 juillet durant lequel la manifestation, La musique des gens de l'Alpe, avait attiré une belle assistance. Au cours du partage du verre de l'amitié, le tirage a désigné le gagnant de la tombola. Le tableau de Pascale Brahic ira orner la demeure de Christian Latour à Albertville. Nous le voyons sur le cliché, en pied d'article, présenté par la petite-fille de l'artiste, entourée par sa mère, par Georges Meunier et Jean-Pierre Socquet-Juglard.