Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Les commentaires anonymes ne sont plus publiés.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

mercredi 28 août 2019
Bertrand Lavoine au clavier du carillon.

Galerie de photos en appuyant ICI.
Des images ont été ajoutées.

La musique populaire a, à nouveau, envahit le cœur du village ce samedi 24 août. En prélude, Marie-Nicolarde, Marie-Thérèse, Marie-Louise, Jeanne-Angélique, Jeanne-Marie, Marie-Josephte, François-Jean et Gaston, ont sous le doigté de Patrick Saint-Pierre et Bertrand Lavoine donné un bel aperçu de leurs voix de bronze, entendues fort loin elles ont proclamé la fête ouverte. Les préaux de l'école ont ensuite accueilli une dizaine de musiciens du Val d'Arly qui avec leurs accordéons, diatonique et chromatique, violons et même contrebasse, ont animé cette après-midi festive consacrée à la musique des gens de l'Alpe et les gens d'ici, habitants et estivants étaient nombreux pour les écouter. Comme ils étaient aussi nombreux pour suivre la conférence de Jean-Luc Joseph sur la pratique musicale en Val d'Arly et la belle prestation vocale de Pascale Porcherot. A 18 heures, l'exposition thématique sur ce même thème fermait ses portes et la musique populaire allait passer le relais à Brahms et Ravel. Saint-Nicolas-la-Chapelle est devenu le village de la musique !

&

Ce même samedi, à 18 heures, la foule affluait en l'église Saint-Nicolas dont le chœur et le transept étaient occupés par les soixante musiciens du Chœur et Orchestres des Grandes Écoles, COGE, et le piano à queue  qui quelques instants plus tard allait, sous les mains de Vincent Mussat, captiver l'auditoire. Cette disposition a fait que le public et l'orchestre se trouvaient dans une intime proximité et semblaient ne faire qu'un. Et il n'ont fait qu'un autour du jeune pianiste, Vincent Mussat est né en 1994, soliste du Concerto en sol pour piano et orchestre de Maurice Ravel. Avec l'ensemble des musiciens sous la direction d'Aurélien Azan Zielinski, il a conquis le cœur des auditeurs. Disposition peu courante donc et entracte original aussi pour ce concert de clôture du Festi'Val d'Arly, le piano n'intervenant pas dans la deuxième partie, le public a pu assister à sa mise en position de voyage et à sa sortie de l'église sur un chariot conçu à cet usage. Le calme qui sied à la musique étant revenu, le romantisme de Brahms a pu s'exprimer, se développer et envahir la voûte de l'église, sa Symphonie N° 1 en ut mineur, a été interprétée avec vivacité et exigence par les jeunes musiciens, étudiants et quelques jeunes actifs, qui ont travaillé les deux pièces du programme lors de leur résidence d'une semaine à Saint-Nicolas-la-Chapelle et également sous la direction d'Aurélien Azan Zielinsky. Le Festi'Val d'Arly 2019, quinze concerts sur sept sites, s'est ainsi clos en beauté, fidèle à sa mission, offrir la meilleure musique et des interprètes de haut niveau à tous, par des concerts à entrée libre.
Patrick Saint-Pierre.

Edwige et Georges Bouchex-Bellomié et Jean-Luc Joseph.

Lucien Morand.

Pierre Bouchex-Bellomié.

Bertrand Lavoine, Pierre Bouchex-Bellomié, 
Cyril et Lucien Morand.

Jean-Luc Joseph.


Pascale Porcherot, chant.

Alto.

Vincent Mussat, pianiste et soliste du concert.

Aurélien Azan Zielinski, chef du COGE.


 Clichés de Jean-Luc Joseph pour l'entracte insolite.