Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

Ci-dessous, un cliché sur lequel nous retrouvons le groupe folklorique, Le Biau Zizé, mais, quand, où et qui ? Les réponses, en commentaires ou par courriel, seront récompensées par un abonnement gratuit de neuf mois à L'Echolatain. Une aubaine, profitez-en vite !

Cliquez sur le cliché pour l'agrandir.
dimanche 28 février 2016
J'ai vu ce film en 1964-1965 au ciné club du QG des FFA à Baden-Oos. Inoubliable chef-oeuvre à rapprocher de " Parcelles de terre " publiées précédemment. Universalité de la terre et des paysans. Cela me rappelle le diaporama que nous avait offert le Dr Jean-Pierre Arnaud, mettant en parallèle les paysans de l'Atlas marocain et ceux des  Val-Montjoie et Val-d'Arly.

Demandez le programme : Mars 2016

Mardi 1er – Rencontre avec Michel Lavorel dans la commune nouvelle d’Epagny-Metz-Tessy [Disponible en replay le 8 mars]
Mercredi 2 – Rencontres autour du patrimoine à Thônes [Rediffusion]
Jeudi 3 – Les Contamines-Montjoie [Disponible en replay le 10 mars]
Vendredi 4 – Rencontres au marché aux puces des Scouts de Cluses [Disponible en replay le 11 mars]
De gauche à droite: Nathalie Pecnard et Claire Rodes.

Ce samedi, ce sont deux habitantes des Yvelines qui ont emporté les parts de Beaufort offertes par la coopérative fruitière du Val-d'Arly. Nathalie Pecnard réside à Guyancourt et ClaireRodes à Orgeval. Comme les nombreux participants à ce dernier pot d'accueil de la saison, elles ont pu prendre connaissance du programme des activités sportives et des animations culturelles ou récréatives proposées par l'OTI, l'ESF, l'accompagnateur en montagne et les associations locales.
Un temps fort à retenir, de15 heures30 à 18 heures 30, le jeudi 03 mars, le festival des aigles sur le front de neige des Evettes à Flumet.



 
De gauche à droite: Patrick Saint-Pierre, Dominique Barberis et Dominique Chalmin.

Jeudi 25 février, une belle assistance a découvert l'orgue Clergeau qui occupe depuis 1866 la place d'honneur sur la tribune de l'église. Le point de départ de cette manifestation a été le souhait des membres de l'association, Orgue et musique à Saint-Laurent-d'Ugine d'inclure l'instrument colatain dans leur programme de visite des orgues de la région. A partir de là, l'organiste bénévole de Saint-Nicolas-la-Chapelle, Patrick Saint-Pierre et le guide local, Edmond Burnet-Fauchez ont jumelé cette rencontre avec la visite hebdomadaire du jeudi. De nombreux Uginois avaient fait le déplacement et rejoints par des habitants et des hivernants du Haut-Val-d'Arly ont été accueillis par le guide local qui a brièvement retracé l'histoire de l'orgue et évoqué l'Abbé Clergeau, qui parmi ses nombreuses activités affichait celle de facteur d'orgues. Patrick Saint-Pierre a poursuivi en présentant en détail les caractéristiques de l'instrument et préparé ainsi à l'audition à laquelle ont également participé, Dominique Barberis, présidente de l'association uginoise et Dominique Chalmin, natif d'Ugine, organiste titulaire à la Sainte-Chapelle de Chambéry, organiste suppléant à la cathédrale Saint-François-de-Sales de cette même ville et également facteur d'orgues. C'est certainement avec émotion qu'il a retrouvé le clavier sur lequel, son père, Humbert, avait joué en 1946. Les interprètes, chacun avec son talent personnel, se sont succédés et offert un large panorama de la musique d'orgue, recouvrant les quatre siècles de création pour cet instrument, de Louis Couperin, 1626-166I à Jehan Alain, 1911-1940 avec au fil du temps, les compositeurs qui ont écrit pour l'orgue, chaque pièce étant présentée par Eric Demanche*.  Ces prestations ont permis de mettre en avant toutes les possibilités et qualités de l'instrument colatain, qui, coïncidence fête cette année ses 150 ans et cette soirée fut un beau prélude à d'autres éventuelles manifestations, non encore programmées à ce jour. Au cours de la deuxième partie, le guide local a présenté à l'assistance l'histoire de l'église, consacrée en 1776, construite sur les plans de Charles Dupuis, architecte royal, par les entrepreneurs valsésians Jacques Ferrari et Charles Jacquet. De la Valsesia, venaient aussi les sculpteurs, Joseph Gilardi et Jean-Charles Molino qui ont laissé trois magnifiques retables d'esprit et de style baroques, plus tard, vers 1850, Clément Giaccobini, également valsésian, décorait la voûte de fresques affichant l'enseignement de l'Eglise. Furent également évoqués, le toit en tavaillons et le clocher, qui n'est pas à bulbe mais à double-lanternon et double-dôme, clocher qui abrite un carillon de huit cloches, Marie-Nicolarde de 1820, Marie-Josephte de 1852, Jeanne-Angélique, Marie-Thérèse, Marie-Louise et Jeanne-Marie de 1857, rejointes en 2013 par les garçons, François-Jean et Gaston.  

 Humbert Chalmin, en 1946.

Ci-dessous un lien vers  " Orgue et musique à Saint-Laurent-d'Ugine " qui relate également l'événement.

http://www.orgue-musique-ugine.fr/visites-dorgues/une-heure-dorgue-a-saint-nicolas-la-chapelle/


Pièces jouées le 25 février 2015
Sur l’orgue de Saint-Nicolas la Chapelle



Jean-Adam Guilain (1680-1739) : Plein jeu (suite du premier ton)

Louis Couperin (1626-1661) Prélude (Grand livre d’orgue)

Jean Sébastien Bach (1685-1750) Transcription de l’adagio du concerto pour hautbois de Marcello

Georg Muffat (1653-1704) : Passacaille (Apparatus musico organisiticus)

Nicolas de Grigny (1672-1703) :
Ave Maris Stella
   Duo
Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749)
Suite du 2ème ton :
   Basse de cromorne
    Caprice sur les Grands Jeux

César Franck (1822-1890) :   Prière
                   
Jehan Alain (1911-1940) : tome 3 de l’œuvre d'orgue : janvier 1930
   Ballade en mode Phrygien

Dietrich Buxtehude (1637-1707) : « Auf Mainen Lieben Gott », Allemande, double,

François Couperin  (1668-1733) : duo sur les tierces, « Glorificamus te » Pièces d’orgue consistantes en deux messes

*Eric Demanche.

Présentation de l'orgue Clergeau.

C'est grâce à une souscription lancée en 1862 que l'orgue Clergeau que nous allons entendre a été installé en 1866 dans notre église, il y a donc 150 ans et le hasard étant notre complice, cette soirée est aussi une fête d'anniversaire . Cet instrument est donc attribué à Jean-Baptiste-Germain Clergeau, un personnage aux multiples facettes et dont on ignore la date de naissance exacte, quelque part entre 1810 et 1820. Il était prêtre, fut curé dans le diocèse de Sens et chanoine de la cathédrale de cette ville, état et fonctions qui ne firent pas de lui un saint comme nous allons voir plus loin. Aumônier de François-René de Chateaubriand, durant les dernières années de l'écrivain, il en fut le biographe. Fondateur de journaux, assureur, banquier, et accusé d'escroquerie, de banqueroute, il prit la fuite et comme on ignore sa date de naissance on ne sait comment et où il termina son existence. Revenons aux orgues Clergeau, basé sur le clavier transpositeur dont il fut peut-être l'inventeur, car là aussi, il y a doute. Les instruments qui portent son estampille étaient en fait fabriqués par plusieurs ateliers à travers la France , Clergeau étant en quelque sorte une marque commerciale, une franchise avant l'heure. Ils présentent des caractéristiques communes et très souvent, 27 tuyaux en façade-plane, 27 comme les 27 lettres composant le nom complet de l'abbé  et c'est le cas de l'orgue colatain. Cet instrument que nous entourons aujourd'hui a été l'objet d'une restauration complète en 1991, par Denis Londe, Marie Reveillac et Valérie Chanoud. Son inauguration, le 16 février 1992, fut marquée par la participation de Michel Chapuis, titulaire des grandes orgues de l'église Saint-Séverin à Paris. Quelques années plus tard nous avons eu le plaisir de recevoir François-Henri Houbart, actuel titulaire des grandes orgues de l'église de La Madeleine à Paris. Ce soir, nous pouvons aussi nous souvenir de ceux, plus modestes, qui organistes bénévoles, ont accompagnés les célébrations et ne sont plus, Constant Balmand, François Jond, Henri Cheminal, Emile et Henri Burnet-Merlin, Gaston Ouvrier-Buffet.
Je vous remercie de votre attention et laisse place à la musique avant de vous retrouver, si vous le souhaitez, pour la visite de notre église, écrin renfermant trois retables baroques, classés monuments historiques comme l'orgue Clergeau. E B-F.

Accueil.
Bienvenue à vous qui aimez la musique, celle d'orgue particulièrement. Merci au Père Jean Duval pour son accueil et sa compréhension. Bienvenue à nos intervenants et là je vais m'appliquer à donner à chacun le titre auquel il a droit ! En premier lieu, Dominique Barberis, actuellement harmoniste bénévole à Saint-Laurent d'Ugine et présidente de l'association, Orgue et musique à Saint-Laurent d'Ugine, qui œuvre pour transformer la citrouille en carrosse, pardon, l'harmonium en orgue ! Patrick Saint-Pierre, que je ne présente pas aux Colatains, notre organiste bénévole depuis déjà quelques années et qui se dévoue avec passion pour la musique en Val d'Arly. Dominique Chalmin, natif d'Ugine, organiste titulaire des grandes orgues de la Sainte-Chapelle de Chambéry et organiste suppléant de la cathédrale de Chambéry et également facteur d'orgues. Vous allez passer à leur écoute une heure agréable et trop courte mais auparavant quelques mots ( ci-dessus ) sur l'orgue Clergeau, vedette de cette soirée. E B-F.

La devanture est restée avec son charme du début du vingtième siècle et on devine encore le nom des propriétaires, Bibollet, écrit sur la vitre. Mais depuis des années le café tenu par Marie et Edmond a fait place à une exposition d'articles en bois, portes-manteaux, tabourets, tirelires ou mortiers et autres objets tournés. C'est à l'étage que Lucien, leur fils, donne vie à de simples planches ou billes de bois. Toupie et tours, sous ses mains expertes façonnent et affinent ces créations, traditionnelles ou originales, qui séduisent les passants.





Au premier plan: Dominique Barberis,
debout, de gauche à droite, Patrick Saint-Pierre et Dominique Chalmin.
En 1946, c'était Humbert Chalmin, père de Dominique, qui était au clavier.

Pour lire les textes, merci d'aller ICI.

Demain, un texte, c'est promis.