Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

samedi 25 avril 2015
Amis de la Ressourcerie, Bonjour !


Depuis les dernières nouvelles, les choses ont bien avancé. En effet, grâce à Jean, nous avons terminé ce jeudi la cloison qui était nécessaire. Vous pouvez d'ailleurs voir les photos en cliquant sur le lien suivant.


La Ressourcerie est désormais prête à recevoir des objets, c'est pourquoi nous espérons ouvrir d'ici la fin du mois de Mai, car en Mai, fais ce qu'il te plaît !

Nous vous invitons donc à venir visiter la Ressourcerie Mercredi prochain, le 29 Avril à 17h30 pour vous présenter le projet et recueillir vos idées, vos remarques et vos sourires.

Si vous ne pouvez pas venir ce mercredi, rejoignez-nous pour l'une des opérations suivantes:

1/ Opération "A vos Tablettes" (mise en place de quelques étagères)
2/ Opération " Fais ton Picasso" (Peinture blanche sur mur Gris)
3/ Opération "du balai Mygale" (nettoyage et dépoussiérage) déjà entamée
4/ Opération "Camouflage" (on recouvre les étagères avec des vieilles nappes)
5/ Opération "Rangement" (On installe les objets déjà collectés)

Pour rejoindre une opération, écrivez-moi par email timothee.ledoux
@gmail.com
ou contactez Vivre en Val d'Arly au 04 79 31 80 04, ou moi au 06 01 82 37 37
Mémoire d’un Tricheur
Sacha Guitry
Editions Folio



Sacha Guitry signe là un roman étayé par l’ironie, le cynisme, surtout les bons mots et l’insolence. Une fable légère par le style, profonde par le sujet, se conclue dans une moralité dont l’apologie n’est autre qu’un hymne délicieux au monde des tricheurs de toute bonne foi.
Guitry est « Je », au mitan de sa vie. Ce narrateur impétueux raconte son existence de tricheur patenté remarquablement introduite, dès sa jeunesse, par des circonstances peu banales. Un plat de champignons vénéneux servit lors d’un repas familial de douze convives, en laissa onze sur le carreau. Comble de l’ironie, « je » alors enfant, pris la main dans le tiroir-caisse du magasin paternel, fut privé de champignons pour le diner. Épargné grâce au vol de l’argent dans la caisse, cet enfant innocent comprit qu’il était capable de défier le sort. Pas toujours moral ? Oui. Mais qu’apprend-on de la morale si ce n’est qu’elle avantage toujours l’opportuniste, semble nous souffler l’auteur. Provoquer le destin en usurpant son jeu donne de la perspective avec une franche liberté. Du coup, « je » fait fortune comme « Chasseur » dans un restaurant, « Groom » dans un hôtel prestigieux à Paris, se fait aimer des riches, retire de la flagornerie de menus profits, puis d’honnêtes revenus à en perdre sa virginité. La première guerre mondiale éclate, un éclat d’obus handicape ce jeune prodige sauvé in extremis de l’orage de feu par un autre soldat, Nicolas Charbonnier, en août 14. Réformé, il migre à Monaco, s’initie au jeu en trichant honnêtement mais sûrement. Au paroxysme de son art, il est croupier pour être le complice d’autres tricheurs.
L’amour l’atteint, mais d’un amour affairiste; il rencontre sa femme, une vraie joueuse qu’il plume par une triche de main de maître ; cependant séduit, il l’épouse et bâtissent une arnaque au jeu de tout premier ordre. Le coup avorte et les inspecteurs du casino sentent la complicité du croupier. Jeté ignominieusement du casino, il consomme son mariage et fuit. Alors tricheur professionnel itinérant, il amasse une fortune dans les années folles : il triche à Aix-les-bains, découvre que le joueur qu’il essore de ses mises n’est autre que le soldat Charbonnier qui lui sauva la vie pendant la guerre, dix ans plus tôt. Pris de remords, l’amitié lui fait vivre la passion et les vertus du jeu, sans tricher. Il rentre dans l’honnêteté comme on rentre en religion. Devenu sobre mais tacticien du jeu, il fabrique désormais des cartes à jouer pour un grand fabriquant de jeux de cartes. Ironie du sort !
Que nous apprend l’auteur ? Que tricher est bien joué, un antidote contre la malhonnêteté, un gage pour sa qualité de vie. L’auteur triche jusqu’à profiter, en quête d’une bonne fortune, des conséquences des clivages sociaux. La passion du jeu est bien fade si elle ne s’associe pas à l’arnaque qui ajoute à l’aventure, l’audace nécessaire au sel de la vie. Le tricheur rend la justice sur les spéculateurs trop audacieux, les vidant de leur succès. Jusqu’à dénoncer un ami, par lettre anonyme, préparant un attentat contre un souverain en visite à Paris, le tricheur défie le sort. Non, décidément Guitry n’est pas moral - ne l’a jamais été du reste – mais les traits subtils des mots donnent à réfléchir sur les limites et les capacités de la probité. La « Triche » n’en serait qu’un révélateur. Un livre à lire « Mémoire d’un Tricheur » de Sacha Guitry, recommandé par l’Echolatain.
Yves Toussaint


Ce samedi 25 avril, Philadelphia Brindel et Amaury Rocher-Chevenet, tout deux domiciliés à Saint Nicolas la Chapelle, ont réuni parents et amis pour célébrer leur mariage en la mairie du village où ils ont été reçus par Georges Meunier, maire. Après son mot d'accueil, ce dernier a, assisté par Corinne Alex, agent administrative, recueilli leurs consentements et les a déclaré unis par les liens du mariage. Amaury exerce la profession de paysagiste et Philadelphia est bien connue et appréciée dans le Haut Val d'Arly, aide à domicile de l'ADMR, elle le parcourt tous les jours pour apporter soutien et assistance aux personnes âgées ou malades. Les personnes aidées, ses collègues et les bénévoles de l'association forment à leur intention de chaleureux vœux de bonheur.


Raymond Besson-Damegon.


Je crois déjà avoir publier cette vidéo mais elle mérite bien une deuxième diffusion en hommage au Colatain Raymond Besson-Damegon qui  fut le fondateur et l'un des  violoneux du groupe folklorique l’Écho de nos montagnes. Ce groupe est né à Paris, crée par des Savoyards y travaillant. Plus tard, une grande partie de ses membres, dont l'ami Raymond, qui fut mon voisin, ont rejoint le berceau d'origine et l’Écho de nos montagnes continue son activité dans la région d'Annecy. Pour une meilleure lecture, c'est ICI.

                                                               



Cliché de Lau Rouvier. Reproduction interdite.
Mardi dernier, 21 avril, Jonathan, Sandrine de « 3D Nordic chiens de traineaux », ainsi que deux de leurs bénévoles ,Laurence et Justine, ont accompagné les enfants du Centre de Loisirs Lou Croué pour un après midi Canirando. La canirando est une activité sportive et ludique accompagnée d’un chien de traîneau. Le chien est équipé de son harnais, l’enfant porte une ceinture spéciale, ils sont reliés ensemble par une longe amortie et marcheront ainsi. 20 enfants du centre de loisirs entre trois et douze ans ont participé à cette journée. Une approche des chiens a été proposée, avec par la suite une balade sur Flumet avec un départ du centre de loisirs, jusqu’ à la base de loisirs en passant par le plan d’eau, où ils ont fait des petits jeux de relais avec les chiens.

 Clichés de Jipé Rouvier. Reproduction interdite.






L'assemblée générale de la caisse locale de Groupama, présentait hier soir, mercredi 22 avril, un caractère exceptionnel. En effet, elle réunissait pour la première fois les adhérents de la caisse de Flumet et environs et ceux de la caisse de la Giettaz, jusqu'à ce jour autonome et autre événement, Michèle Joly, présidente de la caisse de Flumet depuis une douzaine d'années passait le relais à Gérard Genix, président de celle de la Giettaz. L'examen et l'approbation des rapports, moral, d'activité et financier, le renouvellement du conseil d'administration ont occupé la première partie de la soirée qui a été complétée par les interventions d'André Traissard,* président départemental; de Jean-Claude Ortoland, animateur institutionnel et de Patrick Morand, directeur du développement pour la caisse régionale, Rhône-Alpes-Auvergne. Des informations ont également été apportées par les chargées de clientèle sur l'application Groupama toujours là; sur l'opération, Granvillage et sur l'accueil au bureau de Megève. André Traissard, rappelait l'engagement de Groupama dans la lutte contre les maladies rares et invitait les adhérents à participer aux journées d'action, les 6 et 7 juin, à Tamié. Et au terme de la réunion, Gérard Genix, nouveau président de la nouvelle caisse locale, remettait à Michèle Joly, un " diplôme d'honneur du bénévolat ", non reconnu par les ministères mais accordé de grand cœur par tous les adhérents et comme dans un couple les engagements de l'un ne sont pas sans incidences sur le conjoint, il a, dans ses propos sensibles et nuancés d'humour, associé son époux, André, aux remerciements  de l'assemblée. Au diplôme était joint des billets pour une journée sur le " Libellule ", permettant à ces retraités toujours actifs, une pause bien méritée.










Ajouter une légende