Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

dimanche 4 août 2019

14 commentaires:

tony a dit…

villa des myrtilles, c'est ici en 1977 ou 78 que je suis allé passer des vacances dans ce qui était alors une colonie.la directrice était infecte, pas de sortie organisées, la bouffe à part des patates et de la semoule. mais heureusement il y avait des copains et copines pour jouer dans le parc et sous les pins.
en face c'était une colo de l'EDF ou tous les jours nous les voyons passer faire leurs randos.

isabelle a dit…

isabelle
très bons souvenirs des myrtilles c'est avec plaisir et joie que nous arrivions chaque année pour les vacances. et Fernande la cuisinière qu'est elle devenue? Nicole, Olga?

@ Isabelle.
Bonjour, n'ayant pas vos coordonnées, je réponds partiellement à vos questions en postant un commentaire. Mme Fernande Bouvard, la cuisinière nous a quittés en 1988, elle était née en 1909. Elle repose auprès de son fils André Pillon, 1940-1995 et de sa fille Jeanine, 1938-1974 et de son gendre, Georges Meyer, 1939-1974, tout deux victimes d'un accident sur un passage à niveau. Nicole et Olga, avez vous leurs noms patronymiques, étaient-elles du village ou de la région? Et vers quelles années veniez vous aux Myrtilles? Qui était à la direction, Andrée Legrand-Johnston, décédée ou Josette Mercier-Balaz, aujourd'hui retraitée. Les Myrtilles sont aujourd'hui la propriété d'un écrivain et il cherche un acheteur, peut-être vous! Je reste à votre disposition pour vous informer. Vous pouvez m'écrire à cette adresse: eburnetfauchez@gmail.com
Avec mes meilleurs salutations.

Rémy Dessaut a dit…

Bonjour,

J'ai retrouvé par hasard mon bulletin d'entrée le 27 février 1967, à la "Maison d'enfants" Les Myrtilles.
Bien que très jeune, j'ai qqs encore souvenirs de mon séjours. A l'époque c'était un home d'enfants dans lequel j'ai séjourné pour me redonner une santé plus solide.
Je me souviens de la salle à manger, du jardin de la neige.... J'étais le plus jeune ( 4ans).

Je suis très ému de revoir les photos sur internet, c'est exactement fidèle à mes souvenirs.

remy.dessaut@sfr.fr

Bien cordialement,

Anonyme a dit…


Bonjour,

J'ai séjourné plusieurs fois aux Myrtilles dans les années 50.

Je me souviens de la très sympathique directrice Madame Johnston dite "Tati" nous nous sommes encore écrit en 1973.
Je me souviens aussi de la plus rude "Mademoiselle Suzon" avec ses nattes attachées sur le haut du crane. Qu'est elle devenue ?

Je suis passé aux Myrtilles en 2006 et j'y ai été très bien reçu par Christian Combaz.

Bien cordialement

Dominique
bridalere@hotmail.com

Elisabeth Sledziewski a dit…

J'ai d'excellents souvenirs des Myrtilles, où j'ai passé plusieurs séjours de sports d'hiver entre 1956 et 1962. C'était encore l'époque des skis de bois à fixations de cuir, que nous allions chercher à Flumet. Il y avait un petit téléski, quelques pistes et des cours de l'ESF où nous passions nos étoiles. Mme Johnston, dite Tati, était une personne haute en couleur, même si elle ne quittait pas son grand gilet gris, et assurait notre salut éternel en nous faisant prier et chanter des cantiques matin, midi et soir. Avant le coucher, la séquence prière du soir, ponctuée de récits de missionnaires, se terminait par "Entre vos mains Seigneur, je remets mon âme et mon cœur", avec la recommandation de nous confier à Dieu avant de nous endormir, au cas où nous mourrions pendant la nuit. Le dimanche, nous montions dans la neige au village de Saint-Nicolas-la-Chapelle, pour suivre la messe dans la magnifique église baroque où il y avait tant de statues, peintures, ornements divers à observer qu'on ne s'ennuyait pas une minute malgré l'interminable sermon et le long office en latin. On jouait beaucoup, à des jeux de société genre mikado et petits chevaux, ou à des jeux collectifs animés par les monitrices, notamment l'énergique Mlle Bernadette. Le repas n'était pas le meilleur moment, car une fois salué l'ange Gabriel (lequel comme chacun sait "devant la Vierge est apparu"), il fallait manger l'intégralité de son assiette d'endives bouillies ou de ragoût de mouton avec son gras, et pas question d'en laisser un atome, car nous rappelait-on, les petits Chinois mouraient de faim pendant que nous nous permettions de chipoter. La sympathique cuisinière, Mme Fernande, faisait pourtant de son mieux... Le goûter était, lui, beaucoup plus réjouissant, avec ses immenses tartines de pain bis et de confiture de prune trempées dans du café au lait (à l'époque, on ne voyait aucune objection à en donner aux enfants, mais il faut dire que c'était plutôt du lait coloré au jus de chaussette). Dès la dernière bouchée avalée, on chantait "J'ai bien mangé et j'ai bien bu, merci petit Jésus" et, selon l'heure, on partait au ski, on allait faire la sieste, on se rendait à la salle de jeux ou bien à la prière du soir. Et puis il y avait le retour en train, la loco à vapeur, les sifflements dans les tunnels, les filets à bagages... sauf une fois où nous étions rentrés en autocar en faisant un crochet par Nevers, pas forcément le chemin le plus court entre la Savoie et Paris, pour aller voir la châsse de sainte Bernadette dans un couvent de bonnes sœurs. Pendant les séjours aux Myrtilles, on s'amusait bien et en plus, on gagnait son Ciel...

Unknown a dit…

Bonsoir
J'ai fait deux séjours aux myrtilles, avec l'une de mes soeurs, en juillet 1938 et juillet 1939. C'était à l'époque un "home d'enfants" et nous habitions un village lorrain, dans la banlieue de Nancy. j'avais à l'époque 7 et 8 ans, et je dois avouer que mes souvenirs sont extrêmement vagues, mais le séjour, dont la nourriture, devaient être plaisants puisque je suis revenu une seconde année avec plaisir.
Que faisait-on des journées ? Sans doute,lecture,jeux..Il me semble avoir participé à la construction d'une cabane, ou d'une hutte, en branchages...
Pardon pour la pauvreté de ce commentaire,qui n'a pour but que d'ancrer l'histoire des Myrtilles un peu plus loin dans le passé.

Bibo a dit…

Il n y a plus rien dans cette ancienne colonie?

Cette maison a été crée en 1902 par un Colatain, Eugène Pettex, qui la louait aux directeurs et ingénieures des aciéries d'Ugine lors de leurs vacances ou weekends. Elle a été ensuite une maison d'enfants à caractère sanitaire, Mme Andrée Johnston puis mme Josette Mercier-Balaz. Après quoi elle abrité un IMP d'Evreux. Aujourd(hui, propriété privée elle est en vente.

Bibo a dit…

Merci pour l explication.c est la commune qui la mise en vente?

Non, cette maison appartient à un particulier.

Unknown a dit…

J'ai été responsable de ce centre de vacances de 1994 à 2000. Mes meilleurs souvenirs professionnels et humains. Triste de voir ce chalet abandonné et en état de délabrement. J'y ai fait pas mal de travaux, reçu de nombreux groupes de vacanciers et colonies de vacances, j'y ai cuisiné de bons petits plats pour mes convives. De beaux souvenirs et une très belle aventure professionnelle. Allez! On le réhabilite ?

Unknown. J-M G, je vous rassure, une transaction est en cours et les Myrtilles vont changer de mains.

Enregistrer un commentaire