Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.



Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

jeudi 1 novembre 2018
 AMÉLIE GEX
.

NOVEMBRE

La veille des Morts.

Ma sœur,, c'est la nuit de Toussaint ;
Demain les morts auront leur fête ;
La cloche pleure au temple saint,
Ici sanglote la tempête.
Comme les bruits ce soir, ma sœur,

Font peur!
Le vent fait en courbant les houx :

Hou! hou!
L'écho répète près de nous :

Hou ! hou!



La flamme vacille au foyer
Rougissant la tenture brune ;
Sur la route on voit ondoyer
Les arbres blanchis par la lune...
Que ces rayons, ce soir, ma sœur.

Font peur !...
La chouette dit aux hiboux :

Hou!hou!
Ceux-ci répondent dans leurs trous :

Hou! hou!

On sent passer comme un frisson

Inconnu dans notre demeure;

• On croit ouïr le triste son

D'une voix qui crie ou qui pleure...

Vraiment, les bruits ce soir, ma sœur,

Font peur!
L'auvent grince arrachant ses clous :

Hou!hou!
Et déjà craquent les écrous,

Hou ! hou !

Entends... la cloche aux trépassés
Parle, et sa voix grave et sereine
Semble de tous leurs jours passés
Raconter la joie ou la peine...



Mais la cloche aux vivants, ma sœur,

Fait peur !
L'air vibre et fait à. tous les coups :

Hou!hou!
L'écho reprend d'un ton plus doux :

Hou ! hou!

On dit que dans leurs lits étroits,
Les morts, interrompant leur rêve,
Ce soir, poussent de leurs doigts froids
Le marbre, qui sur eux se lève...
Grand Dieu! que les ombres, ma sœur,

Font peur !
Je crois entendre autour de nous

Hou ! hou !
Des portes crier les verrous,

Hou! hou !

Sans doute que sur le chemin

Qui près du cimetière passe

On pourra retrouver demain

Des morts la fugitive trace...

Oh ! comme en y songeant, ma.sœur,

J'ai peur !
Du vieux Grégoire aux .cheveux roux,

Hou ! hou !
Il semble qu'on entend la toux :

Hou! hou !