Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

mardi 12 février 2019
Édouard Ouvrier-Buffet, premier président de la Coop.


 La " mène " du lait, avec Gaston Ouvrier-Buffet, l'un des premiers ramasseurs.
Les camions citerne viendront plus tard.

Départ à la retraite de Denise Rechon-Reguet. 1998.



La Coopérative fruitière du Val d'Arly a atteint le premier janvier dernier son demi-siècle d’existence. Elle a vu le jour grâce à une poignée d'agriculteurs entreprenants et soucieux de l'avenir de la profession dans la vallée. On peut citer, Edouard Ouvrier-Buffet, premier président, Simon Mongellaz, son successeur, André et Michèle Joly, cette dernière troisième présidente, Jean Genix, Jean-Pierre Mollier, Louis et Jean-Michel Marin-Lamellet. Ce dernier, administrateur depuis 1977 et toujours en poste, rapporte: « J’étais allé avec mon père à une première réunion à Crest-Voland en 1966 pour nous présenter le projet de la Coopérative; 3 agriculteurs sur 8-10 étaient présents. Ces groupes de réflexion initiés par les fondateurs étaient là pour fédérer les paysans de nos villages du Val d’Arly. Mon père a tout de suite adhéré au projet. On a livré le lait dès 1969 à la Coopérative. » L'un des plus ardents initiateurs fut Désiré Ouvrier-Neyret, président cantonal des Jeunes agriculteurs, alors même que l'isolement de son exploitation, au Tandieu, ne lui permettait pas d'adhérer à la future structure. Le projet trouva en Maxime Viallet, un soutien sans faille et un conseiller riche de son expérience en Beaufortain. Sur le plan politique, Jacques Jond, alors maire de Flumet et conseiller général d'Ugine, apporta son aide et son entregent, la commune acheta à Albert Marin-Lamellet, le terrain nécessaire à l'implantation, aux Seigneurs, là où elle se trouve toujours. Les premières réunions préparatoires se déroulaient dans le garage de l’hôtel du Mont-Blanc, se souvient Michèle Joly. Il fallait choisir la forme juridique, souhaitant maitriser les décisions, on retint la gestion directe, démarcher les banques et administrations, motiver les hésitants et construire. Construction qui souffrit des événements de l'année 68 mais put, le premier janvier 1969 être opérationnelle et recevoir les premières livraisons.  Selon leur implantation, les producteurs livraient eux mêmes à la coopérative  ou bénéficiaient d'un ramassage assuré par quelques uns d'entre eux, on se souvient de Gaston Ouvrier-Buffet à Flumet, de Louis Teypaz puis de Marcel Gardet à Héry-sur-Ugine, les camions citerne viendront plus tard quand le territoire de collecte s'agrandira à Ugine, Praz-sur-Arly et Megève en 1973, à la vallée de Faverges et Doussard en 1976 et au bassin de Cluses en 2013.  En 1989, le président Simon Mongellaz écrivait:  " La coopérative  a permis le maintien de l'agriculture dans notre région et par sa croissance, elle est devenue un employeur important puisqu'elle est passée de deux à quinze salariés en 20 ans ". Aujourd'hui ce sont près de 80 salariés  qui apportent leur concours et leur savoir faire à l'entreprise qui regroupe 80 producteurs.  Ils exercent à la fabrication, à l'administration, à l'animation et à la commercialisation, au siège historique et dans les magasins qui ont essaimés  à Megève, Faverges, Chamonix et Cluses. Après deux présidents, en 1991, Michèle Joly, prendra la présidence jusqu'en 2006,  c'était une reconnaissance pour toutes les agricultrices, pour leur implication dans le travail quotidien et dans le  développement  du projet commun. En 2007, Daniel Grosset-Grange, administrateur depuis 1992, lui a succédé et nous lui laissons le mot de la fin: " A l'origine nous sommes des agriculteurs mais de nos jours, nous avons de plus en plus de responsabilités, aussi bien juridiques que financières, la gestion du personnel, la traçabilité de nos produits ainsi que leur commercialisation. heureusement, je peux m'appuyer sur une équipe de salariés solide ainsi qu'un conseil d'administration visionnaire et dévoué ".      

Note. Ce billet n'est pas exhaustif, il reprend l'essentiel des informations que j'ai pu collecter. Des artisans de la réussite, comme Roland Burtin, ancien fromager ou Philippe Bouchard, actuel directeur ne sont pas cités, je les remercie  de leur compréhension. Ce papier est aussi destiné au Dauphiné libéré où l'espace est de plus en plus compté aux correspondants, d'où la nécessite de faire court !

Roland Burtin, fromager. 1998.

Le conseil d'administration en 1998, autour de sa présidente, Michèle Joly.

 L'actuel conseil d'administration autour de son président, Daniel Grosset-Grange.

 La coop, magasin et bureaux.