Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

vendredi 11 octobre 2019

Les-Gets, en Haute-Savoie, étaient autrefois, mais vraiment autrefois, un port de mer comme en témoigne cette ancre échouée près de la salle de La-Colombière. De nos jours, le front de mer a fait place à un front de neige et la station se prévaut d'être la capitale de la musique mécanique. Ce qui lui a valu ce samedi 5 octobre, de recevoir la visite d'une trentaine de membres du Foyer d'Animation pour Tous, FAT, et d'Orgue et musique à Saint-Laurent d'Ugine.

 Cliché " Barberis ".

Un lien vers le comte-rendu complet par
Dominique Barberis.



Une ancienne maison de caractère y abrite donc un musée où sont rassemblés un très grand nombre d'instruments qui jouent sans l'intervention d'un musicien, de la boîte à musique au grand Limonaire en passant par le coucou encore présent dans nos intérieurs ou l'orgue de Barbarie, mais dans ce cas, il faut un joueur d'orgue ! Si ces instruments jouent sans musiciens, ce sont bien l'ingéniosité et le talent humains qui les ont conçus, ce depuis plusieurs siècles et l'on ne peut être qu'admiratif et émerveillé en parcourant les salles de ce lieu enchanté. 



Ce carillon est l'un de ces instruments, les mélodies sont enregistrées sur des cartons qui commandent la machine. Ce seront les seuls clichés, avec les suivants, les photographies sont interdites dans l'enceinte du musée, ne me trahissez-pas  ! Ce lieu enchanté avait sa fée, notre hôtesse et guide érudite, qui de sa baguette magique a animé nombreux instruments pour notre plaisir.





C'est elle aussi qui nous a transportés dans l'église voisine où l'orgue liturgique et de concert est à la fois mécanique et manuel, et là il faut donc un organiste et non un joueur d'orgue. Cette  double technique permet ainsi de pallier les absences du titulaire ! Nous avons pu l'écouter dans les deux versions, pour la manuelle, Dominique Barberis, à droite sur la photo, présidente d'Orgue et musique à Saint-Laurent d'Ugine, était au clavier.





Sur ce cliché nous voyons dans une fenêtre le carton lu par le mécanisme et transmis à l'orgue.

Une bien belle journée, conclue par une visite à la fromagerie des Perrières,  pour satisfaire après la vue et l'ouïe, l'odorat et le goût.