Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Les commentaires anonymes ne sont plus publiés.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

samedi 10 octobre 2020

La " Ferme " l'un des trois bâtiments de l'école.

L’École Secondaire d'Altitude Privée, ESAP, du Val d'Arly, avec Jacques Didier puis Bruno Desmarest, a, en 1953, pris la suite du Chalet des Alpes, fondé par l'abbé Bernier en 1937. En 1990, le lycée et collège espagnol, SEK Les Alpes, prenait possession des lieux. Pierre-Emmanuel Brun, qui a passé cinq années scolaires, 1978-1983, à l'école du Val d'Arly, vient de publier ses souvenirs, mis sur le papier dès son départ de l'établissement en juin 1983. Intitulés, Souvenirs de l'aube, en pensant à celle qui éclairait les sommets avoisinants mais plus sûrement en référence à ces années de formation dans ce collège à l'aube de sa vie d'homme. PEB, pour reprendre le surnom qui lui était attribué par certains de ses condisciples, avant de rejoindre le collège colatain avait été élève en CM2 aux Houches chez les Dominicains. Ce pour le préserver de la situation tendue que connaissait le couple de ses parents, habitants de Châtelet-en-Brie, ville dont son père était maire. Dans près de 300 pages, il relate son angoisse lors de cette rentrée de septembre 1978, son intégration au fil des jours, trouvant assez vite sa place, ce grâce, dit-il, à la pédagogie en vigueur dans l'école et à l'humanité de Bruno Desmarest, son directeur et à plusieurs reprises il dit combien il lui est redevable. Au cours de ces cinq années d'internat, les anecdotes n'ont pas manquées, rapportées avec humour pour certaines quand elles concernent les farces plus ou moins stupides nées de l'imagination des jeunes collégiens. D'autres événements plus graves ont aussi marqué sa mémoire, de même que les rares festivités qui ponctuaient le cours de l'année. Les professeurs y sont aussi portraiturés, certains ne sont pas gâtés et semblent le mériter. Des autres, il garde un bon souvenir, en particulier d'André Coiron, professeur d'EPS, qui lui aussi a été d'une grande aide pour s'adapter et se dépasser.  PEB, devenu homme de radio, n'a pas oublié le village de ses jeunes années et maintient les liens au sein d'une association avec ses anciens enseignants et condisciples. Ce regard de l'intérieur intéressera les colatains et voisins qui avaient alors peu de relations avec l'école du Val d'Arly et tous ceux qui se préoccupent d'éducation, cet établissement ayant innové en introduisant, par exemple, l'informatique avant beaucoup d'autres.

Cet ouvrage est publié par EDILIVRE, www.edilivre.com  livre papier ou e.book
Votre libraire habituel peut aussi vous le procurer en lui donnant le code ISBN papier 978 2-411-46310-7

Si ce livre connait le bonheur d'une réédition, les lecteurs remercierons l'éditeur d'effacer les coquilles ou fautes de frappe qui émaillent ce texte par ailleurs agréable à lire.















 
 

1 commentaires:

Ces photos et autres commentaires me font "chaud au coeur" car c'est une partie importante de ma jeunesse ( quelques mois à ST Nicolas en 1943 puis quelques années à Flumet de 1944 ou 1945 ( ? ) à 1951 .

Mon père François Marcel CHEMINAL-LANAZ , originaire de VILLE-en-SALLAZ ( Haute-Savoie), était certifié de français et/ou latin et/ou grec , enseignait au Châlet des Alpes , sous la conduite de l'Abbé BERNIER , lui-même originaire de Normandie.

Cet établissement privé a aidé de nombreuses personnes d'origine juive (et parmi lesquelles le Professeur HELLMANN (orthographe à confirmer ), pendant la terrible guerre de 39-45 .

Puis cet établissement s'est tourné vers l'éducation et l'enseignement des fils "hupés" de France et de Navarre ( parmi lesquels , selon les dires de mon père et dans la limite de ma mémoire désormais un peu défaillante ) le fils du Comte de Paris , le fils du Général SALAN ,etc...).

Et mon père a ensuite croisé la route de leurs chers Professeurs , j'ai nommé : Monsieur JANZAK ( Maths), Monsieur BOUEST, etc...

Si certaines personnes ont connu ou vécu ce temps-là , je serais ravi de communiquer sur ce thème.

Avec toute ma gratitude et mes très cordiales pensées.

Publier un commentaire