Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

vendredi 25 mai 2018
Lors du tout récent et jeune salon du livre de Flumet j'ai découvert grâce à un ami qui m'a offert un de ses livres, l'écrivain François Garde. La lecture de ce roman, Pour trois couronnes, n'était pas achevée que j'ai recherché d'autres titres chez les bouquinistes de la toile et commandé, Ce qu'il advint du sauvage blanc. Un troisième, L'effroi, doit bientôt arriver et rejoindre les précédents dont la lecture est finie. Dans chacune de ses œuvres, l'écrivain nous raconte une histoire, pas très ordinaire, celle de quelques personnages mais parallèlement s'interroge et nous interroge sur des questions fondamentales, la filiation dans, Pour trois couronnes, et la/les civilisation/s dans, Ce qu'il advint du sauvage blanc. Ainsi, ce qui aurait pu n'être que roman d'aventure devient livre de réflexion, de questionnement et d'enrichissement personnel. Dès les premières pages et jusqu'à la dernière l'auteur nous attache à son texte servi par une beau français classique, un vocabulaire riche mais toujours compréhensible, ce qui n'est pas courant de nos jours. François Garde qui vient de publier, Marcher à Kerguelen, un récit, est édité par Gallimard, collection blanche et Folio et des sites comme ebay offrent quelques titres en occasion.