Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

mercredi 4 septembre 2019
 De gauche à droite, sur la Promenade des Anglais à Nice:
Olivier Perrin, Dominique Demonchy, Jean-Lou Païani et Laurent Brun.

Laurent Brun, un Colatain passionné de vélo vient de participer à la Haute Route Alpes, soit Megève-Nice, en se classant 69ème sur plus de 500 compétiteurs





Qu'est-ce qui vous a conduit à vous engager dans cette épreuve ?

Cet hiver, Jean-Lou Païani, un ami organisateur de séjours cyclistes et ancien coureur professionnel, m’a demandé si je souhaitais faire la Haute Route. Avec Gilles Fossoud, directeur sportif à la ville de Megève, ils m’ont alors proposé de faire l’épreuve sous les couleurs de la ville, où je suis licencié au club cycliste. Cela représentait pour moi un défi très tentant. Je n’ai pas hésité longtemps et j’ai saisi cette opportunité incroyable.


Est-ce une épreuve individuelle?

Oui, seul le temps individuel compte pour le classement général (Il existe une catégorie Duo ou Duo mixte mais ce n’est pas celle dans laquelle j’ai concouru). Aussi, nous étions une dizaine de coureurs à bénéficier de l’excellent accompagnement logistique de Païani-SO, l’organisation de Jean-Lou Païani, formant ainsi une véritable petite équipe où la bonne ambiance régnait. Nous nous retrouvions tous ensemble aux départs et aux arrivées et mangions ensemble le soir. Même si la compétition était individuelle, l’aventure était collective !


Si par équipe, quels étaient vos coéquipiers.

Nous étions trois à représenter les couleurs de "Megève L’Esprit Sport" : Dominique Demonchy, Olivier Perrin et moi-même.

Le reste de l’équipe « Païani-So » était composé de coureurs venant d’un peu partout en France, de Belgique ou du Québec : Gregory et Robert Mager, Christophe Bourges, Bruno Germain, Catherine Fittipaldi Cerezo, Jean-François Thoma et Miguel Lacasse


Combien de kilomètres et quel dénivelé positif ?

Le principe de la Haute Route Alpes est de traverser les Alpes en sept étapes par-delà des cols mythiques du massif. Le départ a été donné dimanche 25 aout de Megève pour rallier Nice le samedi suivant. Sur la semaine, nous avons parcouru quelques 800 km et 20 000m de dénivelé positif, par-delà des cols comme la Loze au dessus de Courchevel, la Madeleine, le Glandon, l’Alpe d’Huez, le Granon, Vars ou encore la Cime de la Bonnette Restefond.


Le moment le plus dur ?

Physiquement la semaine a été intense tout le temps mais le moment le plus éprouvant a probablement été psychologique lorsque, au cours de la quatrième journée, je manque d’accrocher un groupe au passage du col du Lautaret. Après avoir bataillé aux limites de mes possibilités toute la montée, je suis 20 m derrière eux au moment de basculer dans la descente lorsqu'une caravane vient s’intercaler entre nous. Bloqué derrière le véhicule dans les premiers virages, je ne parviens ensuite pas à revenir sur les coureurs de devant qui unissent leurs efforts contre un fort vent de face. Pour quelques mètres au sommet, je perd prêt de trois minutes au bas de la descente après m’être époumoné seul dans le vent.


Et le meilleur souvenir ?

A vrai dire il s’agirait plutôt de deux moments…

Le premier est sportif, avec une ascension du col de l’Izoard contre-la-montre où je ne sentais tout simplement pas mes jambes ! J’ai effectué ce jour là une belle montée et pris un plaisir fou durant l’étape où j’ai pu doubler pas mal de mes concurrents. Quand ça marche comme ça, le vélo, ce n’est que du bonheur !



Le deuxième a été l’arrivée à Nice. L’objectif était de voir la mer et l’arrivée sur la promenade des Anglais a été une émotion intense. La sensation du devoir accompli et la délivrance de finir ce périple ont pu être partagées avec toute l’équipe car nous nous sommes tous attendus sur la dernière partie, non chronométrée. Un grand moment. Passé la ligne, nous avons même eu droit au champagne que nous avait prévu Jean-Lou Païani !


Je crois que vous travaillez dans le domaine du vélo ?

Tout à fait, j’ai la chance de pouvoir travailler dans ma passion. Je suis graphiste pour une entreprise spécialisée dans l’univers du cyclisme. Pour le compte de différents clients, organisateurs, annonceurs, institutions ou équipes, mon travail va des traditionnelles réalisations d’affiches, de logos et de documents à la création de maillots ou de supports marketing pour des courses.


A refaire ?

La ville de Megève m’a permis de vivre un rêve éveillé en me permettant de participer à cette épreuve. L’ambiance entre les concurrents, venus du monde entier pour souffrir sur un vélo est absolument unique. On y parle anglais, espagnol, français ou le langage des signes lorsque le souffle est court. Il y a sur l’épreuve un formidable esprit d’entraide, de motivation et de bienveillance qui fait un bien fou. L’organisation nous chouchoute pour nous faire parcourir ces kilomètres en toute sécurité, pendant une semaine nous vivons dans une bulle. Pour toutes ces raisons, forcément l’envie de repartir faire cette aventure est grande !