Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

mercredi 22 mai 2019

A propos du " Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie ", ouvrage du chanoine Adolphe Gros, mon ami le Père Paul Lepan, me disait qu'il ne fallait pas croire tout ce que les chanoines écrivaient. Partant de là, je me permets de ne pas croire tout ce qui est écrit dans la page " Toponymie de notre village " du site communal. Ainsi je conteste cette définition ( Saint Nicolas (Route de) : Saint du IIIème siècle, patron des enfants. Chapelle dédiée depuis le 12ème siècle, transformée en église au 18ème sous l’influence de François de Sales (Contre-Réforme). ) de la route de Saint Nicolas.  Ainsi, l'église que nous connaissons ne remplace pas une chapelle mais une première église dont on ignore la date de construction et dont la démolition a été demandée par Mgr Jean-Pierre Biord, évêque de 1764 à 1785, suite à sa visite pastorale de 1766. C'est dans cette église que François de Sales prêcha le 20 juillet 1606 et un procès-verbal de visite pastorale, daté de 1701 nous la décrit. C'est donc bien à un évêque de Genève, en résidence ou en exil à Annecy, que nous devons notre belle église actuelle, Jean-Pierre Biord et non François de Sales, né en 1567 et décédé en 1622, l'influence de ce dernier n'a pu être que posthume ! Enfin, en 1774, le temps de la Réforme catholique ou Contre-Réforme était passé même si nos retables sont bien de style et d'esprit baroques, tout particulièrement celui de l'autel des Âmes du Purgatoire, et imprégnés de cet enseignement.  Et puisque nous marchons à travers le pays, je vous fais part de ma surprise, le nom de Jules Rimbod n'a pas été repris pour nommer le chemin qui nous emmène aux Rochats par les Couards. Que reproche -t-on à ce brave homme ? D'avoir raté deux évasions avant de réussir la troisième lorsqu'il était prisonnier de guerre, ses nombreuses années au service de la communauté, conseil municipal, sapeurs-pompiers, MSA, Foyer rural, paroisse et cette liste n'est peut-être pas complète !

Je suis rassuré, Jules Rimbod va retrouver son chemin, c'était une erreur et la panneau à son nom, restauré va rejoindre son emplacement.






4 commentaires:

OBG a dit…

Même les "vrais historiens" ne sont jamais d'accord entre eux soit sur la forme soit sur le fond ,c'est pour cela que l'on trouve toujours plusieurs versions des faits 'historiques'.
Je n'apporterai donc pas de précisions ( et de plus,je ne suis pas historien) sur l'histoire de l'église de St Nicolas .

Historien, je ne le suis pas non plus. Mais depuis une quinzaine d'années j'assure la visite de notre église, chaque semaine en saison touristique et je m'efforce d'enrichir mon maigre savoir. A la base, il y a l'incontournable monographie de Michel Delalonde. J'y ajoute mon écoute de conférenciers comme Christian Regat et ceux de la Facim, j'y ajoute la lecture d'ouvrages ou d'articles sur le baroque en général et notre église en particulier. Je pense que mes remarques publiées ci-dessus sont argumentées et appuyées par des faits et des dates non contestées.

Erratum: contestés.

OBG a dit…

Je le crois aussi que vous apportez le meilleur de vos connaissances sur ce sujet que vous fréquentez depuis tant d'années ; ceux que je mets en cause sont les historiens disons 'généralistes' .

Enregistrer un commentaire