Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Les commentaires anonymes ne sont plus publiés.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

samedi 10 octobre 2020


Edmond, tu le sais déjà, Georges est parti le 7 Octobre. Nous lui dirons au revoir lundi à 14h à l’église St François à Fontaine et pour celles et ceux qui ne seront pas sur place, à 14h30 pour une pensée commune. Pour notre part, nous le confierons à Marie mais bien sûr, chacun choisira comment l’accompagner.

D’ici là, il est possible de lui rendre visite au salon 10 des PFI à la Tronche de 8h30 à 12h30 et 14h à 18h, un badge d’accès est remis à l’accueil jusqu’à lundi 10h.

 Que vous soyez présent physiquement ou non, si vous vous souhaitez lire un message à Georges ou bien que votre message soit lu durant la cérémonie, envoyez le nous un peu en avance.

 L’église se trouve 21 rue de la Liberté à Fontaine.et les PFI sont Avenue du Grand Sablon à la Tronche

 N’hésite pas à faire passer ce mail à qui nous aurions pu oublier ou dont nous n’avons pas l’adresse

Claude, Martine et Annick

 

 Le témoignage de Georges pour l'exposition d'ACA en 2015, consacrée aux écoles de la commune.

 

Georges Rimbod-Pethiod,
né en 1930.
Élève aux Rochats, d'avril à juin 1936.


J'habitai au Rosay, en amont de l'école.
Mes copains de Nant-Pareu, à cette période venaient non de Nant-Pareu mais du
Plan, des Rochats, au-delà de deux ruisseaux, le nant Flérieu et le nant des Egrats.
Cette année 1936, il y avait 12 à 15 écoliers aux Rochats.
Le terme de blouse n'existait pas mais tout le monde portait un tablier gris avec des
manches protégées pour éviter l'usure des coudes !
Tout le monde allait à pied à l'école. L'hiver, ceux de Nant-Pareu, les Vernets, le Plan,
la Vazière, la Coula, maisons situées au-delà des ruisseaux cités plus haut, n'allaient
pas à l'école en raison des risques d'avalanches.
Quelques luges mais pas de skis, des jeux classiques de neige, boules, luge, marche.
J'ai toujours la luge que Jean-Pierre Pettex-Sorgue, chez qui j'habitai, m'a
construite.
Je ne me souviens pas d'avoir eu de cartable, plus anciennement les cartables étaient
en bois et servaient souvent de luge.
L'école était chauffée au bois, stocké sous la galerie.
Chacun apportait son goûter mais tous n'en avaient pas. Pour le repas de midi, nous
rentrions chez nous, sauf ceux de Nant-Pareu, la maison du Plan étant trop éloignée,
qui apportaient le leur.
Lorsque les familles étaient en alpage, les enfants ne fréquentaient pas l'école et il y
avait beaucoup d'absentéisme.
En punitions, rien de très dur, piquet au coin, pas de bonnet d'âne.
Je ne me souviens pas d'avoir eu des devoirs à faire à la maison.
Les plus grands participaient aux travaux de la ferme en arrivant de l'école et donc
n'avaient pas beaucoup de temps pour les devoirs. Moi, je surveillait le renard !
Au cours du trajet les voisins jetaient un œil sur notre passage ou nous hébergeaient
parfois en cas d'orages, Marie Dumax-Baudron au Clieu, la famille Rouge à
l'Envière. Un certain Émile, me repérait à la sortie du bois et m'accueillait par «
Ah, ! Mon p'tit vesin. » Ah ! Mon Petit voisin. Cela représentait une sécurité sur notre
trajet.
Je faisais la jonction avec les enfants de Nant-Pareu qui arrivaient du Plan, en cours
de route, sous la maison de la famille Rouge, l'Envière.
Le soir nous repartions ensemble et nous nous séparions au même endroit.
Pour moi, le matin le trajet durait un bon quart d'heure mais la remontée était
beaucoup plus longue car nous nous arrêtions souvent pour prendre ou donner des
nouvelles aux voisins.
Note : L'institutrice devait être Renée Serratrice. 



Les photographies en noir et blanc ont été prises en 1935 ou 1936 par Marie Rimbod-Pethiod, mère de mon ami Georges que nous voyons au premier plan. Derrière lui, de droite à gauche, Jeanne Pettex-Muffat, sa mère Adèle, son fils Rémi et son mari, Jean-Pierre Pettex-Sorgues. A l'arrière plan, le Clieu d'en Haut.

 

 

3 commentaires:

suzanne lavoine a dit…

sincères condoléances .je me souviens de sa visite au rozet.doux repos

suzanne lavoine a dit…

merci d avoir mis la photo tout a bien changer et nous replonge dans bien des souvenirs

Annick a dit…

Merci pour ces témoignages et pensées

Publier un commentaire