Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Les commentaires anonymes ne sont plus publiés.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

samedi 26 septembre 2015
Au premier rang et au centre, assis, en gilet clair, Marcel, en arrière de lui, son épouse Simone,
puis Thérèse et Gilbert.


Marcel et Gilbert tout deux de la fratrie Porret, du Torret, sont nés à Chaucisse et si les contraintes du travail les ont amenés à vivre en vallée de l'Arve, ils restent fidèles à leur lieu de naissance pour la belle saison et les retrouvailles familiales. Ce samedi 26 septembre, c'est à la Source, au chef-lieu de Saint Nicolas la Chapelle qu'ils ont réunis leurs familles et proches amis pour un double anniversaire. Cinquante ans de mariage pour Gilbert, né en 1943, qui a épousé Thérèse Burnier-Framboret, née en 1944, le 4 décembre 1965 à Cordon, village natal de la mariée qui lui aussi s'était habillé de blanc, la neige est tombée sans discontinuer durant deux jours! Quatre enfants leur sont nés et aujourd'hui cinq petits-enfants les entourent. Gilbert a travaillé durant toute sa vie active à l'usine Péchiney de Chedde-Passy. Marcel, son ainé, né en 1930,  fêtait lui le soixantième anniversaire de son mariage, en 1955, à Saint Nicolas la Chapelle, avec Simone Dumax-Vorzet, née en 1932 dans cette commune. Trois enfants, puis six petits-enfants et deux arrière-petites-filles ont au fil du temps agrandi la famille. Marcel a fait toute sa carrière à la scierie Vuarchex de Marnaz et Simone travaillait au décolletage. Une belle journée automnale les a rassemblés, pour évoquer leurs parcours, faits de labeur, de joies simples et aussi d'épreuves surmontées. L'Echolatain est de tout cœur avec eux.


 

0 commentaires:

Publier un commentaire