Vous trouverez ici quelques moments de la vie du village et de la vallée, quelques commentaires, quelques réactions, quelques témoignages du passé, réunis dans le désordre au fil d'une démarche bénévole, personnelle et quotidienne. Les outils et l'hébergement ont coûté cette année, les yeux de la tête.
Pour aller aux sites proposés par la barre horizontale supérieure, deux clics sont nécessaires, un premier sur l'intitulé du site et un deuxième sur l'image fixe qui apparait, merci.
Pour rechercher un ancien article de ce blog, allez au sommet à gauche.

Et n'oubliez pas d'agrandir les images en cliquant dessus !


Pour me contacter: eburnetfauchez@gmail.com

Messages les plus consultés

Archives du blog

Rechercher dans ce blog

mercredi 15 août 2018



Saint-Nicolas-la-Chapelle, berceau du projet, " Migrants, Réfugiés, Musiciens. " a reçu, le 14 août, après Albertville et Ugine, le dernier des trois concerts programmés dans le cadre du Festi'Val d'Arly. Attention, qualité d'écoute et émotion, cette dernière palpable par l'impressionnant silence qui a accueilli toute la prestation, ont fait de cette soirée bien plus qu'un concert, une rencontre magique entre un petit groupe de déracinés et un auditoire rassemblant près de 200 personnes. Un moment intense de partage faisant fi des limites et des barrières trop souvent dressées par la méfiance et les préjugés. Abdul, flûtiste, Jafar, Faïz, Dawalt, Wa Wa Laili, Barkat, Amir, chanteurs ou récitants, Hadi et Homayon, rappeurs, ont livré au public leur détresse, leur mal du pays et aussi leur gratitude à leurs hôtes, par des airs traditionnels et par des textes de leur composition ou puisés dans le florilège poétique de l'Afghanistan, le pays aimé et quitté de force. Non professionnels, il leur a fallu beaucoup de détermination et vaincre une appréhension bien légitime pour s'exposer ainsi au public. Les musiciens les accompagnant, Guitoti, Sylvain Roy, Kengo Saïto et Constantin Alaïmalaïs, avec des instrument spécifiques, sont eux des professionnels renommés et ils ont su avec le retrait nécessaire et justesse laisser en pleine lumière les jeunes afghans dans leurs prestations. Cette soirée concluait une période de trois semaines au cours de laquelle travail de répétition alternait avec des rencontres mais elle ne met pas un terme au projet, des liens se sont noués et ils porteront leurs fruits.

1 commentaires:

Magnifique ! Cela fait sacrément chaud au cœur !
André Lombard 84750 VIENS.

Enregistrer un commentaire